Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2021

Résine, de Ane Riel (Harpiks)

résine.jpgUne chronique de Cassiopée

« Résine » est un roman surprenant, tragique, dur, dérangeant et déroutant mais il est porté par une écriture lumineuse (et probablement une excellente traduction) qui, à elle seule, vaut le détour. C’est l’histoire d’une famille un peu sauvage au départ, des gens qui travaillent mais qui aiment bien qu’on les laisse en paix pour vivre leur temps libre à leur guise et choisir leur organisation. Jusque-là, rien à redire même si pour les enfants, ce fonctionnement n’est pas toujours évident. D’autant plus que la famille vit sur une bande de terre, en quelque sorte l’excroissance d’une île. Ainsi, ils sont loin du reste des habitants, ce qui ne les gêne nullement. Le couple et ses deux fils vivent de peu. Un des fils finira par quitter ce lieu car il ressent le besoin de contact humain. L’autre restera et finira par fonder une famille et marcher sur les traces de son paternel…. C’est sur cette époque et cette génération que va principalement se concentrer ce livre.

Jens Haarder, le père a des méthodes bien à lui pour nourrir et entretenir les siens. Des idées reçues également, l’école à la maison, le pouvoir de la résine, son utilisation, le danger que peuvent représenter les médecins, etc. C’est essentiellement Liv, la jeune fille qui se confie. Elle n’a rien connu d’autre que cette façon de faire, d’agir, elle le dit elle-même, elle a appris des choses que beaucoup d’enfants de son âge ne connaissent pas et elle en ignore d’autres qu’elle aurait dû apprendre. Cela fait d’elle un être à part, attachant, éthéré, porteur tout à la fois de sagesse et de naïveté. Mais surtout, une personne très forte car confrontée à l’inexprimable. La limite entre le bien et le mal, entre ce qui se fait ou ne se fait pas n’existe pas pour elle. Elle est, malgré ses travers, d’une incroyable humanité.

Dans ce récit, nous découvrons des faits anciens par des retours en arrière, le présent par la bouche de Liv ou d’un narrateur et quelques lettres de la mère de Liv. L’équilibre entre les différents aspects de cette fiction est excellent. Pas de longueurs, ni de lourdeurs. Dès les premières pages, ça vous prend aux tripes et vous êtes dedans. Il y a une tension permanente et en même temps une certaine forme de poésie. Les Haarder aiment la nature, les arbres, le père inculque le respect de l’environnement à sa progéniture. Il est habité par certaines valeurs mais petit à petit sa vision de l’espace proche, du quotidien, de la réalité se déforme. Et à partir de là, tout se gâte, s’altère. Obésité morbide, folie, dissimulation, et bien d’autres terreurs se mettent en place, grignotant la liberté d’exister des uns et des autres.

L’auteur a su trouver comment capter et fasciner le lecteur, je suis restée le souffle court et les mains moites jusqu’à la fin.  Ce qui, à mon avis, est très fort, c’est le ressenti qu’elle nous laisse, à la fois d’être révulsée et révoltée par certains actes mais en même temps, d’avoir envie de prendre Liv par la main. Cette dernière n’est pas seulement une victime innocente, elle est celle qui, sans cesse, essaie de comprendre, d’expliquer, presque de pardonner, pour continuer à avancer, pour s’autoriser à vivre…. Ane Riel a un phrasé magnifique, elle ne fait pas dans le pathos (et pourtant, elle aurait pu vu ce qu’il se passe), elle offre à chaque personnage une part de bonté même si pour certains l’approche de ce sentiment est faussée.

Cet opus, hors du temps, m’a beaucoup plu et je vais suivre cet auteur de près.

Un extrait de la page vingt-deux résume ce recueil :

« Je ne sais pas si je dois considérer notre vie comme un conte de fées ou comme un roman d’horreur. C’est peut-être les deux. J’espère que tu sauras entrevoir le conte de fées. »

Traduit du danois par Terje Sinding
Éditions : Seuil (4 Mars 2021)
ISBN : 978-2021429244
306 pages

Quatrième de couverture

Une presqu'île, aux confins d'un pays du Nord. C'est là que vit la famille Haarder, dans un isolement total. Alors que le malheur ne cesse de frapper à la porte des Haarder, Jens, obsédé par l'idée de protéger sa famille contre le monde extérieur qui n'est pour lui que danger et hostilité, va peu à peu se barricader, bâtir autour de la maison une véritable forteresse, composée d'un capharnaüm d'objets trouvés ou mis au rebut, et séquestrer sa femme et sa fille.

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.