Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2021

Un indien qui dérange, de Thomas King (DreadfulWater)

Indien.jpgUne chronique de Cassiopée

Thumps DreadfulWater est installé à Chinook, une réserve, vers les Rocheuses dans le nord-ouest des Etats-Unis. Il a laissé son poste de policier lorsqu’un drame personnel l’a brisé. Maintenant il est photographe. Il vit avec sa chatte Freeway qui partage vraiment son quotidien et qui a de l’importance à ses yeux. Dans la ville, des travaux sont en cours de finition pour installer un très luxueux complexe immobilier avec Casino etc… La société de consommation ?  Une occasion pour donner du travail aux autochtones ? Peut-être …. Mais est-ce que cela correspond à leurs valeurs, à ce dont ils ont besoin, à ce qu’ils recherchent ? Les Aigles Rouges, un groupe d’indiens, dont Stick, un militant très actif, s’oppose à ce projet controversé. Tout le monde n’est pas d’accord mais la construction va être très bientôt inaugurée et les appartements se vendent plutôt pas mal.

D’ailleurs, comme les logements témoins sont meublés, il faut vérifier qu’il n’y a pas d’ébats entre amoureux, de visiteurs intempestifs, de choses qui traînent et qui feraient désordre. Alors, régulièrement, un ou une commercial ( e )  passe voir que tout est impeccable. Or, ce jour-là, un homme est retrouvé assassiné. Il s’agit du programmateur du système informatique de l’ensemble touristique. Cette mort arrange les activistes et Stick, le plus virulent, est le coupable tout trouvé.

DreadfulWater est appelé sur les lieux pour faire des photos. Il connaît le shérif et le gardien des lieux. En parallèle, la mère de Stick, Claire le contacte. Elle souhaite qu’il retrouve au plus vite son fils (qui manque à l’appel), avant que la police ne l’arrête car elle se doute bien qu’il va être rapidement soupçonné. Claire est cheffe du conseil tribal qui a donné son accord pour les nouveaux bâtiments. Thumps et elle vivent tous les deux une relation en dents de scie parce qu’il n’arrive pas à oublier son passé et qu’ils sont à fleur de peau.

Thumps n’est plus enquêteur mais ça le démange d’observer, de faire des déductions, de passer avant les personnes officiellement chargées des investigations pour voir s’il n’y a pas un petit quelque chose qui pourrait lui permettre de comprendre et de résoudre l’affaire ou de faire avancer les choses l’air de rien. J’ai beaucoup aimé son fonctionnement, ses relations aux autres (notamment avec sa chatte, c’est très amusant). Il a une façon de se couler à droite à gauche, presque en se faisant oublier pour mieux resurgir plus loin, il est un peu roublard mais jamais méchamment.

Cette lecture a été pour moi une belle découverte, j’ai apprécié l’écriture fluide, prenante (merci aux traducteurs) avec une pointe d’humour, le style vif et l’atmosphère qui décrit les faits mais également les émotions des uns et des autres. Les nombreux personnages sont variés, certains ont du bagou, d’autres essaient d’être plus transparents. Les indiens sont partagés entre le fait d’avoir la possibilité de gagner de l’argent avec de nouveaux emplois et l’attachement à ce qu’ils sont profondément. Cette enquête policière permet de se poser une question très importante : quelle est la place des indiens qui vivent encore aux Etats-Unis ? Bien sûr, ce recueil n’apporte pas de réponse mais il nous alerte sur ce sujet à travers un récit plaisant et pas du tout moralisateur.

Il me semble que ce livre est le premier d’une série avec Thumps DreadfulWater. Et bien, tant mieux, j’ai hâte de le retrouver !

Traduit de l’anglais (Canada) par Lori Saint-Martin et Paul Gagné
Éditions : Liana Levi (6 Mai 2021)
ISBN : 9791034904150
304 pages

Quatrième de couverture

Pas une âme à Chinook ne pourrait s’offrir un appartement au Buffalo Mountain Resort, complexe immobilier de luxe au pied des Rocheuses. Même pas le petit studio avec vue sur le parking et le toit du casino. D’ailleurs, personne dans la réserve n’y songe. Tous savent que seuls les riches citadins blancs en mal de nature ou de jeux d’argent pourront se le permettre. Ce projet apporterait du travail aux Autochtones mais, soucieux de préserver leur culture, les activistes des Aigles rouges s’y opposent. DreadfulWater sait tout cela quand le shérif l’appelle pour prendre les photos d’un mort retrouvé dans un appartement-témoin, mais il refuse d’emblée le coupable tout désigné.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.