Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2020

L'espion inattendu, d'Ottavia Casagrande (Quando si spense la notte)

espion.jpgUne chronique de Cassiopée

Soixante-dix ans après les événements qu’elle nous relate, Ottavia Casagrande, en collaboration avec sa mère, Raimonda Lanza di Trabia, a choisi de présenter dans ce roman atypique, l’histoire vraie de son grand-père, Raimondo.

Prince, charmeur, espion, il était les trois à la fois et vivait tout conjointement. C’est Galeazzo Ciano, ministre des affaires étrangères et gendre de Mussolini qui lui avait confié une mission de taille : empêcher l’Italie d’entrer en guerre (nous sommes début 1939 et Raimondo arrive des Etats-Unis où il est allé glaner des informations sur une arme réputée dangereuse…. ).Né hors mariage, cet homme a toujours eu une vie hors du commun. Il est décédé à trente-neuf ans dans des circonstances mystérieuses, même si certains parlent de suicide. Pour ce récit, l’auteur a puisé dans différents témoignages (dont celui de la fille de l’espionne anglaise qu’il avait séduite), archives et écrits jusqu’à la rédaction dans une mise en forme très vivante, d’un roman relatant la tâche principale du Prince. Comment mener à bien cette fonction ? Jouer sur tous les tableaux, faire le caméléon, manipuler, tricher, et avancer …
Une rencontre improbable le met face à une certaine Elisabeth White, qui en réalité s’appelle Cora et est une espionne anglaise …. La séduction s’installe entre ces deux-là mais est-ce parce qu’ils se plaisent ou tout simplement pour obtenir plus facilement des informations à divulguer à leur gouvernement respectif ? Nous allons les accompagner dans leurs aventures, qui, si elles n’étaient pas véridiques, pourraient paraître totalement rocambolesques.

C’est avec une écriture fluide, vive (merci à la traductrice), que nous suivons Raimondo, avec ou sans Cora, confronté à différentes péripéties. C’est digne des plus grandes histoires d’espionnage et on pourrait en faire un très bon film. Que ce soit à Rome, dans le Tyrol ou Angleterre, le couple essaie d’échapper aux poursuites, de se faire oublier pour mieux rebondir ailleurs. L’un et l’autre (surtout lui, d’ailleurs) ne manquent pas d’imagination, ni de caractère pour faire face aux obstacles disséminés sur leur route. Parfois, des passages en italiques ajoutent un commentaire, un éclairage supplémentaire aux événements que l’on vient de découvrir. C’est Ottavia Casagrande dont les « interventions entendent combler les failles entre la réalité et la fiction, les faits et le récit, le passé et le présent. » (Extrait de conversation avec Ottavia Casagrande par les éditions Liana Levi). J’ai trouvé que ces lignes étaient très intéressantes, parfois simplement, pour resituer le contexte, permettre au lecteur de reprendre pied avec la réalité en se rappelant qu’il découvre une « histoire vraie ».

Raimondo est vraiment un personnage à découvrir ! Sa vie a été bien remplie, variée, endiablée, dangereuse mais amusante par certains côtés. Je me demande s’il se prenait au sérieux ou si ce qu’il vivait lui faisait l’effet d’un immense jeu de rôle ? Quant à Cora, on voit au fil des pages, son caractère s’affirmer, elle ose et arrive être plus retorse. Avec ce couple, on découvre un pan de l’Histoire italienne. On ne se rend pas forcément compte de tout ce qui se passe au niveau des luttes de pouvoir et ce recueil permet d’entrapercevoir la face cachée de certaines décisions, ce qu’il y a sous la surface des faits.

Cette lecture a été très agréable, j’ai apprécié de suivre la vie de cet « espion inattendu » et il aurait été dommage que l’auteur ne se lance pas dans l’aventure de ce recueil qui nous permet de mieux connaître son grand-père. Elle a su parfaitement « agencer » les différentes parties et a adopté un phrasé limpide et accrocheur qui correspond bien à ce genre de roman.

Traduit de l’italien par Marianne Faurobert
Éditions : Liana Levi (6 Février 2020)
272 pages

Quatrième de couverture

La narratrice de ce livre est la petite-fille de Raimondo Lanza di Trabia, qui fut, pendant les neuf mois qui suivirent le début de la Seconde Guerre mondiale, l'espion de confiance de Galeazzo Ciano, ministre des Affaires étrangères et gendre de Mussolini. Sa mission ? Mener une bataille secrète contre l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés du Reich.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.