Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2021

Tu mens ? Tu meurs !, de James Patterson & Candice Fox (Liar Liar)

patterson.jpgUne chronique de Cassiopée

Tome trois des aventures de Harriet Blue, ce livre peut être lu de façon indépendante. La preuve, je n’ai pas lu les deux premiers et j’ignorais leur existence…

Harriet Blue est une jeune femme atypique, inspectrice de police. Après une enfance difficile, elle a trouvé sa voie dans ce métier. Elle a soif de justice et c’est ce qui l’anime au quotidien mais…oui il y a un mais…. Lorsque les choses ne vont pas assez vite, elle a tendance à agir toute seule, à prendre des décisions sans consulter ses chefs et à vouloir régler les problèmes directement.

Son frère Sam vient de mourir. Il a été accusé à tort d’avoir tué trois jeunes femmes. Elle sait qu’il n’en est rien et elle veut le venger. Elle a appris que Regan Banks était le véritable assassin. Il est introuvable et les recherches n’aboutissent pas. Harriet n’a qu’une solution : prendre les choses en main en faisant cavalier seul, hors des limites de son boulot pour être totalement libre et indépendante. Elle disparaît donc, volontairement, des radars officiels, prend un nouveau téléphone, vole des voitures, vit comme une fugitive, et en se cachant, en louvoyant, essaie de coincer Banks.

Le lecteur va donc assister à ce jeu du chat et de la souris. C’est très visuel et on pourrait aisément en faire une série, un téléfilm. Il y a de l’action, du suspense, des rebondissements. James Patterson, aidé ( ?) par Candice Fox a un style très efficace (merci à son fidèle traducteur qui trouve les mots, le tempo, pour que le récit soit captivant et addictif). On ne s’ennuie pas une seconde. Bien sûr, quelques « ficelles » sont prévisibles, comme souvent dans ce style de recueil. Mais j’ai malgré tout été surprise, notamment par le lien que Banks veut créer avec Harriet et la manière qu’il utilise pour le faire, voulant la détruire, l’envoûter également, sans doute parce qu’il a le besoin de la dominer et de la faire « sienne » dans ses pensées et peut-être plus. C’est plutôt bien vu pour l’aspect psychologique.

Il y a une centaine de chapitres, assez courts, ce qui maintient un rythme endiablé, avec des cliffhangers réguliers pour qu’on n’ait qu’une envie : lire la suite (même la fin du livre laissera cette impression). Alors forcément, on devient vite « accro » et on dévore les pages.

Harriet traque un homme mais elle est elle-même rapidement traquée. Pourquoi ? Parce qu’elle est hors la loi. Un de ses nouveaux supérieurs entend bien l’arrêter, l’emprisonner pour faute professionnelle. Quelques-uns la soutiennent mais est-ce suffisant ? Ce n’est jamais simple de se cacher, de fuir, d’être en marge. On prend le risque d’être trahi, d’avoir affaire à des menteurs, des manipulateurs, d’autres peuvent faire courir des rumeurs sur vous et vous ne pouvez pas vous défendre sans vous mettre à nu, vous dévoiler.

J’ai beaucoup aimé cette histoire sans temps mort, menée tambour battant. Harriet avec ses forces et ses fragilités, est attachante. Elle est quand même assez torturée, elle se pose beaucoup de questions. Je n’ai qu’un souhait pour elle : qu’elle trouve la paix.

Traduit de l’américain par Sebastian Danchin
Éditions : L’Archipel (19 Août 2021)
ISBN : 978-2809842227
338 pages

Quatrième de couverture

Une inspectrice de police en cavale ? Harriet Blue n'a eu d'autre choix depuis qu'elle a appris la mort en prison de son frère Sam, accusé à tort d'avoir tué trois étudiantes. Son idée fixe : retrouver Regan Banks, le véritable meurtrier des jeunes femmes. Et elle ne laissera à personne le soin de l'abattre... Mais Banks se révèle introuvable. Un soir, pourtant, le téléphone d'Harriet – dont nul ne connaît le numéro – sonne. À l'autre bout du fil, l'assassin en personne, qui la nargue.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.