Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2017

Le directeur n’aime pas les cadavres, de Rafael Menjívar Ochoa

le_directeur.jpgUne chronique de Cassiopée.

Nous payons le manque d’espoir ….

Jusqu’à dix-neuf ans, il a vécu entouré de gardes du corps, d’abord avec sa mère puis avec son père et sa nouvelle très jeune compagne lorsque sa maman est décédée. Pour lui, son paternel est  le «Vieux » et sa conjointe Milady…. Il est parti étudier mais s’est lassé et s’est retrouvé à tenir des rôles courts mais bien payés au cinéma (je ne vous dirai pas quel type de personnage mais la description du savoir faire particulier pour cette situation est jubilatoire : racontée comme s’il s’agissait d’un fait ordinaire et neutre alors que c’est tout le contraire….)

Le Vieux le rappelle quelques années plus tard (sent-il la mort se rapprocher ?) et il revient à la maison. Il découvre d’un peu plus près le Journal sur lequel règne le Patriarche en homme ne s’encombrant ni de manières ni de discours. Il ne sait pas trop où se situer, lui, le fils, qui était distant et pas seulement en kilomètres….. Comment créer des liens avec quelqu’un que l’on a peu vu, que l’on connaît mal et surtout, à quoi bon ? Le fils a vécu sa vie et se demande s’il faut vraiment se pencher sur les affaires du père…. D’ailleurs, sont-elles vraiment honnêtes ?

 Dans ce coin du Mexique, les hommes sont « bruts de décoffrage », lorsqu’une personne dérange, on ne discute pas, on sort une arme et hop, le gêneur disparaît…. Il y a des clans, des non-dits, des trahisons, de la méfiance et personne ne peut être sûr de quoi que ce soit….

Avec une écriture acérée, à l’humour sec, ne s’encombrant pas de mots inutiles, l’auteur nous plonge dans un mélange de réflexions assez profond. Le Vieux est confronté à la mort et cela permet d’aborder les sujets qui sont liés à un décès. Que laisse-t-on derrière nous, pour qui, pourquoi, dans quel but ? Comment faire comprendre à nos enfants les valeurs que l’on souhaite leur transmettre ? Et lesquelles choisir ? Dans un pays où la guérilla règne, les conflits sont importants. On le sent entre les lignes, dans les relations entre les hommes évoqués dans ce roman. Il faut bien le dire, il y a peu de femmes et leur présence, pffff…..  Rafael Menjívar Ochoa nous offre également un panel de relations humaines, présentées en quelques mots, on sait tout de suite qui est qui….

On dit souvent que l’on ne parle bien que de ce qu’on connaît. L’auteur a été journaliste au Mexique et lorsqu’il décrit la face « cachée » d’un quotidien, l’ambiance, la construction et le contenu des articles qui seront mis sous presse, on ne peut que penser qu’il s’est inspiré de son vécu….

C’est un livre que j’ai apprécié de par son originalité, son regard sur la presse, sur la vie, les relations familiales, les rivalités décrites dans un pays qui se cherche comme certains des personnages que l’on croise dans cet opus.

Le directeur n’aime pas les cadavres
Auteur : Rafael Menjívar Ochoa
Traduit de l'espagnol par Thierry Davo
Editions : Quidam Editeur (Mai 2017)
Collection : Les Âmes Noires
ISNB : 978-2-37491-061-1
168 pages

A propos de l’auteur :

Né en 1959, Rafael Menjívar Ochoa a vécu en exil pendant la guerre civile au Salvador. Après avoir exercé des fonctions de journaliste, notamment au Mexique, il rentre à San Salvador, en 1999, où il crée la Maison de l’écrivain. Traduit et étudié aux États-Unis, il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, dont huit ont été traduits aux éditions Cénomane. Il fut également compositeur, traducteur et éditeur. Rafael Menjivar Ochoa est considéré comme l’un des très grands écrivains de sa génération en Amérique centrale. Il est décédé le 27 avril 2011 des suites d’un cancer.

Quatrième de couverture

Depuis qu’il a vu la dépouille de sa mère, le Vieux, directeur d’un grand quotidien proche du parti au pouvoir, ne supporte plus la vue des cadavres. Le Vieux est mal en point. Il a beau tirer les ficelles, il a de gros ennuis, pris en tenaille dans la guerre implacable que se livrent les tueurs d’Ortega et du Colonel. Et avec la folie auto-destructrice de Milady, sa deuxième femme, il risque d’affronter bientôt un cadavre de plus…

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.