Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2017

Récidive, de Sonja Delzongle

recidive.jpgUne chronique de Cassiopée

Fragile équilibre….

Pari réussi pour Sonja Delzongle : mettre son enquêtrice récurrente au cœur de l’intrigue, nous maintenir en haleine, et parler de sujets graves dont la relation parentale et l’homosexualité… Chapeau bas ! Mis à part un passage où j’ai trouvé Hanah vraiment très naïve, le reste de l’histoire est parfaitement maîtrisée.  Cette profileuse, forte et fragile, vit à New-York, loin de la France où elle a passé son enfance. Son père, qui a tué sa mère, et qu’elle a dénoncé, vient de sortir de prison. Il a juré qu’il la tuerait et se vengerait. Etouffée par son passé, par les non-dits qui lui pourrissent la vie, angoissée par le présent où les menaces se précisent, blessée dans sa tête et dans son corps, on sent qu’Hanah perd pied et qu’elle fait tout pour raison garder. Mais que c’est difficile ! Lorsqu’elle perd la maîtrise des événements, elle nous entraîne dans ses appréhensions, ses pressentiments, ses peurs du présent et du futur…et pourtant, elle pourrait se croire tranquille de l’autre côté de l’Atlantique mais sachant son paternel sorti de prison, elle ne sera plus jamais sereine et il fera tout pour l’attirer dans ses rets ou la retrouver en allant la chercher là où elle se trouve….

La construction alterne le présent d’Hanah et le passé très récent de son père. De ce fait, les événements que nous découvrons sont décalés dans le temps, de peu mais suffisamment pour que l’on soit obligé de rester vigilants en ce qui concerne les dates de début de chapitres. Mais cela ne gêne en rien la lecture. Au contraire, cette façon de faire permet de voir les réactions d’Hanah sans forcément savoir qui a provoqué les incidents qui la déstabilisent …..

L’écriture et le style sont addictifs, vifs et aucune lourdeur ne vient peser sur le texte. Le profil psychologique des protagonistes est suffisamment détaillé pour que le lecteur ressente les émois, les tourments, et ce qui habite chacun. De plus, en quelques lignes, les scènes sont décrites et replacées dans le décor qu’il soit américain ou breton, l’un dans une grande métropole, l’autre fouetté par les vents et les embruns….

J’ai beaucoup apprécié la « lecture » du passé qui donne un éclairage sur ce qui se déroule « ici et maintenant », pas seulement pour Hanah mais également pour d’autres individus croisés dans cet opus. Cela nous rappelle, si besoin est, combien ce que nous avons vécu, consciemment ou pas, peut influencer ce que nous sommes…. J’ai également trouvé très intéressant la relation entre le médecin légiste et l’enquêteur de Saint Malo. Là aussi, on réalise ce que peut représenter le regard des autres….Lourd mais aussi difficile à supporter surtout lorsque la famille est en première ligne….On ne bafoue pas les traditions, on ne s’affranchit pas des codes familiaux du jour au lendemain et les choix pèsent….

L’ensemble du roman est très abouti, car plusieurs « entrées » sont possibles pour finir sur une seule issue :  Hanah.  Cette jeune femme atypique, opiniâtre, rationnelle parfois mais plus imprévue à d’autres moments, utilisant un pendule de Herkimer , écoutant de belles mélodies (toutes celles qui sont évoquées ont un « petit quelque chose » en plus), est attachante et c’est avec grand plaisir que la retrouverai car j’ose espérer que Sonja Delzongle ne va pas l’abandonner en chemin….

 

Récidive
Auteur : Sonja Delzongle
Éditions : Denoël (Avril 2017)
Collection : Sueurs Froides
ISBN : 9782207135624
416 pages

 

Quatrième de couverture

 

Saint-Malo, hiver 2014. Du haut des remparts, sorti de prison, Erwan Kardec contemple la mer en savourant sa liberté. Il y a trente ans, il a tué sa femme à mains nues, devant leur fille, Hanah. Jamais il n’aurait été démasqué si la fillette n’avait eu le courage de le dénoncer. Malade, nourri d’une profonde haine, il n’aura de cesse de la retrouver avant de mourir.
À New York, au même moment, Hanah, qui a appris la libération de l’assassin de sa mère, est hantée par le serment qu’il lui a fait de se venger. De cauchemars en insomnies, son angoisse croît de jour en jour. Pourquoi a-t-il tué sa mère? Quand surgira-t-il? Quels sont ces appels anonymes?

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.