Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2017

Les nouveaux voisins, de Catherine McKenzie

les nouveaux voisins,catherine Mckenzie,Une chronique de Cassiopée

Vous connaissez « voisins vigilants » ? C’est une plateforme où les gens d’un même quartier s’inscrivent dans le but de réduire les cambriolages. Il suffit de prévenir de son absence et le voisin jette un œil sur votre demeure. On adhère ou pas…

Dans ce roman, les choses sont poussées beaucoup plus loin. Prenez un secteur résidentiel avec des gens chics de préférence. Une association de quartier mise en place et gérée par sa présidente qui accueille les nouveaux avec un panier de bienvenue. L’endroit idéal ? C’est ce qu’on pourrait penser en lisant ces quelques mots mais …. La responsable de l’association a concocté un règlement digne de l’armée : couvre feu pour les adolescents, pétition en ligne pour demander des ralentisseurs, soirée mensuelle quasi obligatoire chez les uns et les autres etc. Tout cela part d’une bonne intention mais plus rien ne l’arrête et elle a le grand tort de prendre les décisions seule ce qui n’est pas vraiment le fonctionnement d’une structure associative…. De plus, elle « dévoile » un peu de la vie des autres et n’hésite pas à communiquer par internet et à raconter ce qu’elle a découvert ou appris à tous les habitants…..

C’est comme ça que Julie, écrivain qui vient de déménager dans le lotissement, se retrouve en première ligne. Elle s’est installée dans ce coin pour être tranquille et ce n’est pas vraiment gagné…. Elle se sent très vite oppressée par cette voisine envahissante qui sous prétexte de sauvegarder la sécurité et la tranquillité, ne s’arrête plus dans un esprit d’initiative où les choix ne sont pas vraiment les bons…. Du coup, Julie souffre d’angoisse, elle est peut-être un tantinet parano ou alors c’est vrai….

L’auteur nous balade, nous manipule et on ne sait pas toujours si Julie invente ou si les événements sont tels qu’elle les vit. Il y a un climat de suspicion qui s’installe entre ces personnes qui paraissent pourtant bien sous tout rapport. Finalement sous des dehors lisses, le vernis craque…un tel boit et n’est pas net avec sa femme, un autre drague, etc. Lorsqu’on creuse, même la présidente a ses failles. Ce sont les rapports humains, si difficiles à doser qui sont explosés. Trouver le juste milieu : ne pas être intrusif mais être présent, ne pas questionner mais savoir écouter, ne pas juger mais être capable de donner un coup de main….. Aider celui qui habite à côté mais ne pas surveiller ses faits et gestes, ne pas interpréter ce qui est dit ou ce qu’on voit…. Catherine McKenzie nous rappelle toute la complexité du vivre ensemble, lorsqu’on est près, proches, que des liens se tissent (souhaités ou pas) et que l’on souhaite malgré tout garder sa liberté de mouvement…. Ce roman est de bonne facture et plutôt addictif. Avec une écriture agréable et un point de vue alternant celui de Julie et d’un autre protagoniste, des allers et retours dans le passé, nous allons à la découverte de ce microcosme qu’est le coin de Pine Street où le battement d’aile d’un papillon, un grain de sable dans un rouage, suffiront à tout dérégler…

Les nouveaux voisins
Auteur : Catherine McKenzie
Traduit de l’anglais (Canada) par Jacques Collin
Éditions : Michel Lafon (10 Janvier 2018)
ISBN : 9782749932675

Quatrième de couverture

Julie Prentice, son mari Daniel et leurs jumeaux de six ans emménagent à Cincinnati pour échapper à une femme qui a harcelé Julie après la parution de son roman Le Jeu de l’assassin, devenu un best-seller. Un charmant quartier résidentiel semble l’endroit parfait pour un nouveau départ. Mais la présidente de l’association du quartier ne leur rend pas la tâche facile. À grand renfort d’e-mails et de lettres sur les règles de bonne conduite à suivre, elle régit la vie de tous et oppresse Julie qui doit faire face à la curiosité du voisinage.

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.