Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2018

Inquisition, de David Gibbins

inquisition.jpgUne chronique de Cassiopée

Avant de parler du roman, quelques mots sur l’auteur.
David Gibbins est né en 1962 à Saskatoon au Canada où il passe une partie de son enfance, qui se poursuit en Nouvelle-Zélande et en Angleterre. Très jeune, il se passionne pour l'Archéologie et obtient son diplôme de docteur en archéologue en 1983 à l'Université de Bristol.  Aujourd'hui universitaire à Cambridge, il est reconnu comme un spécialiste des civilisations disparues. Cela signifie qu’il sait de quoi il parle….. Il évoque d’ailleurs, dans les dernières pages, une de ses découvertes, datant de fin 2016, et ayant fait la une des médias en Angleterre. C’est dire s’il s’agit d’une personne passionnée et de fait, passionnante car on ne parle bien que de ce qu’on connaît.

Le roman se situe donc sur trois périodes qui vont toutes être reliées par des événements du passé. Jack Howard, un archéologue fait une découverte étonnante lors d’une plongée avec un collègue près des côtes de Cornouailles. Il ne sait pas en faisant part de sa trouvaille qu’il risque de provoquer un véritable séisme et que ce qu’il vient de mettre au jour va l’entraîner dans des moments difficiles.  Il sera confronté à plus fort que lui, obligé de lutter pour sa survie, astreint à faire des choix pour sauver ceux qu’il aime.

Passant des premiers chrétiens vers 258  qui essaient de protéger leur trésor (et leur religion) aux Anglais qui veulent quitter Tanger (possession anglaise de 1661 à 1684) à l’époque actuelle avec les fouilles d’épaves maritimes par Jack et ses collaborateurs, nous voyageons dans le temps mais aussi dans l’espace. En effet, les recherches de Jack l’entraînent dans différents endroits où il fait des rencontres, pas toujours bienvenues, malheureusement….

Remarquablement construit, écrit avec un rythme soutenu que la traduction n’abime pas (merci à Béatrice  Guisse-Lardit), ce thriller historique a beaucoup de qualités.  On se rend très vite compte que le passé, même très lointain, régit le présent et que tout ce qui s’est déroulé avant peut avoir des répercussions…. L’écriture alerte de l’auteur, les rebondissements qui s’enchaînent, maintiennent le lecteur sous tension. C’est un livre qui permet de s’évader, les scènes de plongée sont bien décrites par David Gibbins que l’on sent parfaitement impliqué dans ce qu’il évoque et cela offre une approche qui semble ancrée dans la réalité, lui donnant des airs de vécu (pour la partie contemporaine).  J’ai beaucoup apprécié cette lecture mêlant passé et présent, situations fictives et réelles, tout est habilement dosé pour le plus grand plaisir de celui (ou celle) qui tourne les pages (vite d’ailleurs ;-)

Inquisition
Auteur : David Gibbins
Traduit de l’anglais par Béatrice  Guisse-Lardit
Éditions : Les Escales ( 1 er Février 2018)
Collection : Les Escales Noires
ISBN : 978-2365693486
368 pages

 

Quatrième de couverture

  1. Rome. Menacé de mort par l'empereur Valérien, le pape Sixte II confie une mission de la plus haute importance à l'un de ses fidèles : protéger la coupe utilisée par le Christ pendant la Cène.
    1684. Tanger. Samuel Pepys, chargé d'organiser le départ des Anglais de la colonie, rencontre dans le plus grand secret un émissaire du sultan. Serait-il sur le point de retrouver la plus vénérée de toutes les reliques, disparue depuis plus d'un millénaire
    De nos jours. Lors de la fouille d'une épave sur la côte de Cornouailles, l'archéologue Jack Howard fait une découverte qui pourrait le mener à un objet d'une valeur inestimable…

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.