Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2018

Marseille Confidential, de François Thomazeau

marseille confidential,françois thomazeauUne chronique de Cassiopée

« La vérité n’avait pas de camp. Voilà pourquoi Marseille était la ville de la galéjade et du faux-semblant. »

François Thomazeau est historien de formation et ancrer son intrigue dans un contexte historique a du être tout naturel pour lui. C’est donc ce que l’on peut appeler « un roman policier social » qui se déroule sous nos yeux. L’époque présentée est celle précédant la victoire du Front Populaire aux élections de Mai 1936 avec tout ce que cela suppose de tiraillements entre les hommes, entre  les partis, et également des mensonges, des trahisons, des faux fuyants, des menaces qui sont légion entre les uns et les autres.  Son récit mêle habilement les documents et faits réels aux aventures de ses héros de papier.

La ville de Marseille semble gangrénée par la violence, la prostitution, les malversations immobilières. Le climat politique n’est pas sain. D’ailleurs c’est dans un quartier populaire, entre le local de campagne du candidat socialiste Pierre Ferri-Pisani et celui de Simon Sabiani, chef de file de l'extrême droite que le gardien de la paix (d’origine corse) Antoine Cardella a été abattu. Par qui, pour quelles raisons ? Que faisait-il dans cette rue ? Entre gauche et droite ? Avait-il vendu des informations d’un côté ou de l’autre ? Sa femme, Adèle, va essayer de comprendre la personnalité complexe de son mari mais elle va bien vite être entraînée dans une drôle de spirale…. Les policiers chargés de l’enquête voudraient bien classer rapidement l’affaire mais  ce n’est pas simple. D’abord, il y a Cardella qui s’accroche à la vie et qui, par ses pensées, nous donnent une vision des événements. On découvre aussi les hommes corses avec leur sens de l’honneur hyper développé,  et leur vindicte.  Et que penser de certains agents de police marseillais qui escamotent des pièces à conviction, font de la rétention d’indices, voire de faux témoignages …. Partout où la loi et l’ordre sont censés régner, la vérité est entravée….Dans quel but ? Pourquoi ? Que veulent cacher la police, les politiciens et les hauts placés de cette cité ?

Ce roman est excellent ! Je me suis demandée si c’était l’Histoire (avec un grand H) qui servait l’intrigue en lui donnant de la consistance ; ou l’intrigue, très bien menée, qui permettait de découvrir une période importante de la vie politique de notre pays. Je n’ai pas pu choisir et c’est bon signe. Cela signifie que François Thomazeau a écrit un texte étoffé, complet, documenté (et où les connaissances sont intégrées avec intelligence dans la partie imaginée). Personnellement, j’ai découvert certains faits, notamment le meeting politique où les mitraillettes et les fusils se répondent …..

James Ellroy a écrit « L.A. Confidential », François Thomazeau « Marseille Confidential », dans les deux recueils, des flics dépassés, la pègre, la racaille mais aussi quelques hommes qui veulent marcher droit dans leurs bottes…. Lorsque tout est corrompu, où peut se situer la vérité ? Peut-elle ressortir, être mise au jour sans causer de dégâts  et être acceptée de tous ?

J’ai beaucoup apprécié cette lecture. Elle m’a apporté un éclairage sur la ville de Marseille à cette époque, elle m’a donné envie de plonger un peu plus dans l’histoire de mon pays. Je crois savoir que l’auteur a prévu plusieurs recueils présentant cette vile qu’il connaît à différentes époques. C’est avec  plaisir que je retrouverai son écriture et son style.  Il sait être précis dans ce qu’il présente, le choix des mots, des expressions, est soigné, porteur de sens. Rien n’est laissé au hasard et la lecture demeure fluide comme si c’était facile …

Marseille Confidential
Auteur : François Thomazeau
Éditions : Plon (Mars 2018)
Collection : Sang Neuf
ISBN : 978-2259253673
415 pages

Quatrième de couverture

Marseille, avril 1936. A une semaine des élections législatives, un gardien de la paix corse du nom d'Antoine Cardella est abattu . A qui profite le meurtre de ce flic, connu pour ses compromissions avec tous les acteurs du clientélisme local ? A tout le monde et à personne, tant sont imbriqués amitiés, inimitiés, combines et arrangements, alliances de circonstance et querelles éphémères dans la jungle d'une ville en déliquescence, qui rêve de voir triompher le Front populaire.

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.