Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2018

La fuite (The Escape), de C. L. Taylor

la_fuite.jpegUne chronique de Cassiopée

Totalement addictif …

Si vous décidez de commencer cette lecture, autant prévoir un peu de temps libre car vous n’aurez pas le souhait de lâcher ce roman très prenant ;-)

Jo est mariée à Max et ils ont une adorable petite Elise de deux ans. Ils habitent au Royaume-Uni dans un pavillon coquet.  Jo est originaire d’Irlande et travaille à l’université, son époux est journaliste d’investigation. Malgré l’agoraphobie de Jo et ses nombreuses crises d’angoisse, leur quotidien est relativement stable et tout va bien. La mère de Jo et son second mari n’habitent pas trop loin mais Jo aimerait être plus près d’eux, peut-être a-t-elle l’impression que cela l’aiderait dans les difficultés quotidiennes qu’elle a du fait de ses accès de panique. Malgré tout, elle fait face et, avec des journées bien régulées, elle avance et vit « presque » normalement.

Un jour, tout cela vole en éclats. Une femme s’impose dans sa voiture sous un prétexte futile et lui tient des propos totalement déstabilisants sur son conjoint et sa fille. Des menaces voilées qui mettent à mal Jo. Elle est submergée d’ anxiété,   totalement affolée et ne sait pas comment agir. Appeler la police ? Se confier à sa famille ? Parler à son compagnon, à sa meilleure amie ? Ou ignorer tout simplement les paroles et les agissements de celle qui dit s’appeler Paula ? Est-ce que Jo ne se « fait pas de films », tant l’appréhension de ne pas maîtriser les événements l’envahit ? Le  fidèle Max, les policiers, le personnel de la crèche,  et tous ceux qui vont côtoyer la jeune mère de famille se posent des questions. A-t-elle toute sa raison ? Est-ce qu’elle n’interprète pas les faits, voire les met en place du fait de son esprit malade et déséquilibré ? N’y-a-t-il pas des choses pour lesquelles elle ne peut donner aucune explication rationnelle ?

Alternant les chapitres où Jo s’exprime en disant « je » avec les chapitres écrits à la troisième personne du singulier et quelques courts passages en italiques, ce roman se « dévore ». Aucun temps mort, la pression monte au fil des pages, sur Jo mais aussi sur le lecteur qui ne sait plus qui/que croire…. L’écriture est fluide, rythmée, la traduction excellente.  Tout s’enchaîne vite, très vite, à la cadence de chaque instant vécu par les protagonistes. Un couple peut-il résister lorsqu’il est sujet à une forme de chantage ? Jo  et son mari se connaissent-ils vraiment ? N’ont-ils pas occulté l’un et l’autre une part de leur passé ? Pourquoi Jo ne sait-elle pas grand-chose de son géniteur, pourquoi sa mère semble-t-elle avoir fui l’Irlande ? Beaucoup de questions en suspens et une quête éperdue de la vérité pour cette maman qui veut avant tout protéger sa fille…..

J’ai beaucoup apprécié ce recueil.  Au-delà du couple et des problèmes qu’il rencontre, il y a toute une galerie de personnages à découvrir, ils ont leur importance dans l’histoire qui n’est pas aussi simple qu’elle le paraît. Le poids de ce qu’il s’est passé des années en arrière est lourd à porter pour certains. On est toujours rattrapés par ce qu’on a caché…. Il y a également les relations de Jo avec sa propre mère qui offrent un autre point de vue. L’atmosphère de plus en plus anxiogène est très bien retranscrite, les rebondissements sont bien pensés et donnent « du mouvement » à l’ensemble. Je pense qu’une adaptation au cinéma serait très intéressante.

Les éditions Marabout sont très connues pour leurs livres pratiques mais leur collection de thrillers est excellente, qu’on se le dise !

 

La fuite (The Escape)
Auteur : C. L. Taylor
Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Luce Michel
Éditions : Marabout / Thriller (11 Avril 2018)
ISBN : 9782501114356
336 pages

 

Quatrième de couverture

Quand une parfaite étrangère la sollicite pour la prendre dans sa voiture, Jo Blackmore accepte sans réticence... avant de s'en mordre les doigts : la femme connaît son mari, son adresse et a en sa possession un gant de sa fille, Elise. Ce qui commence comme une menace subtile tournera vite au cauchemar quand la police, les services sociaux et même son propre mari se retournent contre Jo.

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.