Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2019

Annabelle de Lina Bengtsdotter (Annabelle)

annabelle.jpeg

Une chronique de Cassiopée

Gullspång est une petite ville suédoise avec un peu plus de mille personnes. Autant dire que tout le monde se connaît et que chacun peut savoir ce que fait son voisin. Il y a une usine qui emploie une partie des habitants, un établissement scolaire où vont les jeunes, une rivière avec un débit important et une ancienne épicerie abandonnée où les adolescents se donnent rendez-vous pour boire, faire la fête et plus si affinités. La plupart d’entre eux rêvent de fuir un jour, d’aller à Stockholm pour avoir une vie meilleure, plus gaie, plus aboutie, plus épanouie… C’est d’ailleurs ce qu’a fait Charlie Lager. Elle est partie à quatorze ans et n’a jamais eu l’intention de revenir. Elle est maintenant inspectrice à la brigade criminelle de la capitale et a brillamment monté les échelons. Elle est très douée dans ses investigations malgré une tendance à trop boire et une certaine façon de se mettre en retrait de ses collègues en ne confiant rien sur sa vie personnelle (quelque peu dissolue actuellement et entachée d’un passé très lourd qu’il vaut mieux oublier). Mais voilà que ses supérieurs l’envoient avec son collègue Anders à Gullspång où une jeune fille de dix-sept ans a disparu afin d’épauler les policiers du cru.  Dire non et refuser l’enquête l’effleure mais elle franchit le pas quitte à se retrouver face à des souvenirs difficiles à gérer.

Arrivés sur place, les deux enquêteurs vont mener leurs recherches, plus ou moins aidés par l’équipe en place qui n’a pas toujours le contact facile. Ils vont très vite comprendre qu’Annabelle a disparu au cours d’une soirée nettement trop arrosée, où certains ont pris de la drogue et ne se souviennent de rien. En opposition avec ses parents (son père la trouve « spéciale »), curieuse, intelligente, déterminée mais surprotégée par sa mère, avait-elle fait quelques confidences à sa meilleure amie ? En effet, elle s’était séparée de son petit copain mais semblait avoir retrouvé l’amour….

Le roman va se partager entre l’enquête, les relations ardues que Charlie entretient avec son entourage et sa confrontation avec son passé. En acceptant de revenir sur les lieux de son enfance, elle ne s’imaginait sans doute pas combien tout cela allait être douloureux à vivre, faisant remonter à la surface des événements enfouis et presqu’oubliés (ou alors, elle faisait comme si). Trois angles d’approche nous sont offerts : ce jour-là (la journée et la soirée de la disparition d’Annabelle), avant (présentation d’une amitié pernicieuse entre deux fillettes, dont on se dit que cela nous apportera des éléments mais lesquels ?) et des chapitres numérotés exposant ce qui se déroule actuellement. Les trois se complètent admirablement et démontrent, si besoin est, qu’il a toujours été et qu’il n’est pas facile de vivre dans ce coin perdu…. 

L’auteur sait assurément de quoi elle parle puisqu’elle a vécu à Gullspång, un des endroits les plus pauvres du pays. ….et cela donne encore plus de poids à son récit. On sent le désarroi, le désespoir qui sourdent entre les lignes, les jeunes ont-ils vraiment un avenir s’ils restent sur place ? La pharmacie n’est pas ouverte régulièrement alors que des horaires sont annoncés, le fils du patron de l’usine règne en despote et menace les autres de chômage lorsqu’il n’obtient pas ce qu’il veut… L’atmosphère est empreinte de gravité, d’accablement malgré les quelques fêtes organisées par la jeunesse. L’ancienne amie de Charlie, Suzanne est la preuve qu’il est pratiquement impossible de s’en sortir à moins d’une volonté de fer. Tous les protagonistes semblent avoir quelque chose à cacher, une part d’ombre ….

Ce récit est très bien traduit (même si le tutoiement qui doit être une habitude en Suède m’a parfois dérangée, surtout lorsque les enquêteurs interrogent des témoins) et tout son intérêt réside, non pas dans l’enquête elle-même qui n’a rien d’extraordinaire, mais dans les trois approches qui nous dévoilent par bribes tout un panel intéressant sur Charlie et la vie à Gullspång. Comme je pense que la jeune femme va devenir une héroïne récurrente, je m’interroge sur la suite de ses aventures. On sait beaucoup de choses sur elle donc pour le prochain roman, on ne pourra pas avoir la même construction mais ceci est une autre histoire….

J’ai également trouvé très agréable que le texte soit parsemé de poèmes et de chansons (qui plus est référencés à la fin). Tous et toutes s’intègrent bien au contexte. Un premier roman réussi, très addictif et qui donne envie de découvrir au plus vite d’autres opus de Lina Bengtsdotter !

 

Traduit du suédois par Anna Gibson
Éditions : Marabout (6 Mars 2019)
320 pages

Quatrième de couverture

La détective Charlie Lager est contrainte par ses supérieurs de retourner à Gullspång, la petite ville où elle s'était juré de ne jamais remettre les pieds pour enquêter sur la disparition d'une jeune fille de 17 ans, Annabelle que la police locale n'a pu retrouver. Alors que ses recherches progressent, Charlie est confrontée à un passé traumatisant, vieux de 20 ans.

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.