Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2020

Attentifs ensemble, de Pierre Brasseur

Attentifs-ensemble.jpgUne chronique de Cassiopée

« Prendre aux riches pour donner aux pauvres », c’est un peu comme ça qu’on rentre dans ce roman. On est à Clichy et un gang se présente chez l’épicier bio. En échange de la somme qu’il aurait reçu dans une grande surface, ses cageots lui sont enlevés et leur contenu redistribué à des habitants de la banlieue qui n’auraient jamais eu les moyens de se servir chez lui. C’est le premier acte revendiqué par FRP : le front républicain populaire dont la signature est une croix de Lorraine entouré d’un cœur, alors qu’ils n’ont rien à voir avec le Général. La vidéo de cette action est diffusée sur YouTube avec un message : « Nous sommes les spectres de votre confort. » Qui se cache derrière tout ça, dans quel but ? Pourquoi ? Et va-t-il y avoir récidive ?

Eh bien oui ! Le FRP contniue et cette fois ce sont des enlèvements et des situations totalement bizarres pour ceux qui en feront les frais. Plutôt amusant par le fait que FRP s’attaque indifféremment à des gens de tous milieux, les prenant en défaut par le biais de ce qui fait (en apparence) leur force au boulot. Il n’y a pas vraiment de cohérence dans le choix des « cibles » et cela questionne. Chaque fois, YouTube récupère un petit film de plus et les militants, eux, récupèrent des adeptes. Leur humour décalé, en marge, plaît car il démontre l’absurdité de la surveillance omniprésente, des choix des politiques (avec, entre autres, la destruction du service public), et bien d’autres sujets d’actualité.

Ce qui est intéressant, c’est que ce sont des hommes et des femmes issus de milieux variés, qui ont décidé d’agir dans le même groupe. Ils ne sont pas de la même génération.  Chacun a une raison d’être là. Ils n’ont pas le souhait de créer « un mouvement », ils veulent juste pointer du doigt ce qui ne tourne pas rond dans la société. Ils ont une organisation particulière, réfléchi en amont même si de temps à autre, les choses leur échappent. On découvre leur cheminement, ce qui les a amenés ici et maintenant.

C’est à Guillaume Wouters, flic quinquagénaire, qu’est confiée l’enquête. L’habit ne fait pas le moine dirait sa concierge qui le trouve plutôt négligé et qui imagine qu’il vit de l’aide des services sociaux. Lui, il rêve de monter en grade et de devenir l’expert qu’on s’arrache dans des émissions télévisées.  Il n’a pas le rôle principal dans ce recueil, le devant de la scène est occupé par ceux du FRP mais comme il essaie de les débusquer, il est quand même présent en filigrane.

Le texte de Pierre Brasseur est ancré dans un contexte politique et social très réaliste. Il nous rappelle que nous sommes dans une société où tout est (ou veut être) sous contrôle. Sous prétexte de rassurer, de vivre mieux, jusqu’où vont les hommes de pouvoir ? L’auteur parle des laissés pour compte, ceux qu’on oublie, qui ne trouvent plus de place dans un système formaté. Pour autant il ne juge pas, ne se pose pas en donneur de leçons. Il écrit avec une pointe de dérision, d’ironie, dans un style qui se démarque, il bouscule le côté bien-pensant du lecteur pour le plonger dans des esprits rebelles … Eux, ils ont osé parler, s’opposer, agir (même s’ils sont parfois sortis des clous), et nous ?

 

Éditions : Payot & Rivages (27 Mai 2020)
260 pages

Quatrième de couverture

Paris et sa banlieue sont le théâtre d'actions parfois violentes, parfois proches de l'absurde, mais toujours imprévisibles et parfaitement orchestrées. Entre le happening et l'acte terroriste, chaque agression est revendiquée par un mystérieux FRP qui se manifeste sur les réseaux par des vidéos iconoclastes. Les autorités commencent par croire à des farceurs isolés, mais elles doivent bientôt se rendre à l’évidence : le FRP a une influence pour le moins déstabilisante qu'il faut combattre...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.