Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2020

La nuit d’avant, de Wendy Walker (The Night Before)

Wendy.jpgUne chronique de Cassiopée

Rosie et Laura sont sœurs. La première est en couple avec Joe (un de leurs amis de jeunesse) et ils ont eu un petit Mason. La seconde n’arrive pas à se stabiliser dans sa vie amoureuse et après une rupture douloureuse, alors qu’elle pensait avoir trouvé l’homme de sa vie, elle vient s’installer chez sa frangine. Elle a l’intention de se reconstruire, de se poser, de prendre du temps pour elle. Elle décide de s’inscrire sur un site de rencontres. Un soir, elle a un rendez-vous. Rosie la briefe : petite robe, chaussures à talons, maquillage, sac à mains adapté. Elle lui prête sa voiture et lui demande si elle va rentrer. Laura l’affirme, elle sera de retour avant l’aube car elle n’a pas l’intention de se mettre au lit le premier soir ! Elle part, consciente de « jouer un rôle » car cette tenue ne correspond pas tout à fait à ses habitudes mais on pourrait dire : qui veut la fin, s’en donne les moyens…. Elle souhaite oublier sa récente déception, rebondir et avancer….. Sauf que le lendemain matin, elle n’est pas dans sa chambre, qu’elle n’est pas joignable au téléphone et que l’inquiétude s’installe, surtout lorsque la voiture est retrouvée vide. Rosie va donc essayer de comprendre les événements, aidée par son mari, et un ami, Gabe, qui faisait partie de leur bande et avec qui ils sont toujours en contact.

Ce roman alterne les points de vue, avec en début de chapitres des indices temporels permettant de se situer. Il y aura les rendez-vous de Laura avec son psychiatre (plusieurs mois en arrière), la nuit d’avant (le fameux soir), et maintenant. Lorsque Laura s’exprime, elle dit « je » dans les passages qui la concernent ; pour Rosie, c’est à la troisième personne. Cela permet de mieux pénétrer dans l’aspect psychologique du personnage de Laura. On sent qu’elle a été choquée pendant sa jeunesse et son adolescence et que les faits qu’elle a vécus l’ont marquée au plus profond. On découvre petit à petit ce qu’il en est et le pourquoi de son caractère, de sa façon d’être. Wendy Walker exploite, une fois encore avec brio, le thème de la mémoire, des souvenirs et des traumatismes.  

Il y a peu de protagonistes dans ce récit. Rosie, son mari et leur ami essaient de persuader la police qu’il y a quelque chose de louche, bien que Laura soit majeure et libre de ses mouvements. Le lecteur, quant à lui en est persuadé. L’auteur est habile et multiplie les pistes, les hypothèses, déstabilisant les convictions. L’atmosphère angoissante monte en puissance au fil des pages. C’est crispant et très bien retranscrit, ça noue le ventre et la pression augmente.

L’écriture et le style de Wendy Walker sont très addictifs. Elle sait mêler l’intrigue du présent avec le passé. Rien n’est anodin, on va découvrir au fil des pages des secrets de famille, des non-dits qui peuvent provoquer des dommages sur la relation sororale. Elle sait nous manipuler, nous glissant quelques fois de vrais indices au milieu d’informations plus ou moins sûres. Le côté psychologique des différents individus est intéressant. J’ai trouvé que Laura était parfois bien naïve et j’avais envie de la secouer mais en même temps, je comprenais qu’elle soit fragilisée, ébranlée. Rosie, bien que très secouée par ce qu’elle apprend, reste battante et donne le maximum. L’intrigue est bien menée et va crescendo, s’accélérant sur la fin. A ce moment-là, il est impossible de lâcher le recueil ! En ce qui me concerne, si la fin m’a captivée, le reste du livre également. Je l’ai lu d’une traite et je l’ai beaucoup apprécié.

 

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Karine Lalechère
Éditions : Sonatine (18 Juin 2020)
370 pages

Quatrième de couverture

Après une rupture difficile, Laura décide de tourner la page en se créant un profil sur un site de rencontres. Un premier rendez-vous est pris. L'homme s'appelle Jonathan Fields, il a 40 ans, il vient de divorcer. Pour le rencontrer, Laura part avec le mini van de sa sœur, Rosie, et l'une de ses robes. Elle sera, promet-elle, de retour le soir même. Le lendemain matin, elle n'est toujours pas rentrée. Que s'est-il passé cette nuit-là ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.