Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2021

Une arête dans la gorge, de Christophe Royer

Une-Arete-dans-la-gorge.jpgUne chronique de Cassiopée

J’avais laissé le commandant Nathalie Lesage bouleversée par sa dernière enquête, obligée de prendre une longue pause pour se ressourcer. C’est donc avec grand plaisir que je l’ai retrouvée. Elle a décidé de reprendre du service mais ni au même endroit, ni sur les mêmes problématiques. C’est pour cela qu’elle est mutée à Lyon, où la commissaire Clément n’est pas satisfaite de la voir arriver. Cette dernière a sans doute peur que Nathalie lui fasse de l’ombre vu ses succès passés. Afin d’éviter cette situation, elle lui donne un rôle un peu flou de superviseur. Nathalie aura accès aux enquêtes, devra veiller à ce que chacun fasse son boulot mais surtout elle ne doit pas prendre d’initiative, ni interférer sur la place du commissaire Clément. Pour parfaire le tout, on lui adjoint un jeune lieutenant débutant, Cyrille Savage. On sent tout de suite que Nathalie n’a pas l’intention de faire profil bas mais qu’elle saura se montrer discrète pour arriver à ses fins.

Elle est rapidement dans le bain car un meurtre atroce a été commis. Très vite, un deuxième mort est trouvé, tout aussi abimé que le premier. Un lien entre les deux affaires ? Un seul tueur ? Mais pourquoi ? Nathalie se rend sur les lieux, essaie de faire sa place, de marquer des points. Elle est très forte pour remarquer des détails qui peuvent faire avancer l’enquête, faire des déductions. J’aime beaucoup sa façon de raisonner, d’agir, de foncer même si parfois elle est trop impétueuse. Par contre, lorsqu’il s’agit de sa vie personnelle, elle n’est pas toujours très perspicace… J’ai trouvé judicieux le binôme qu’elle forme avec le jeune Cyrille, ils se complètent, ils s’épaulent. Le lieutenant lui apporte une forme de légèreté qui l’oblige à souffler, à prendre parfois un peu de recul. Il y a également quelques échanges avec une ancienne collègue de formation qui permettent de mieux la connaître. Parce qu’il faut bien le dire, cette femme est attachante par son caractère fort entaché de fragilité et de failles qu’elle s’efforce de cacher, de repousser loin pour ne pas les montrer, ni se laisser atteindre par quoi que ce soit, s’armant d’une forte carapace pour se protéger.

La ville de Lyon qui sert de décor à ce récit est une cité chargée d’histoire. Lyon, capitale des Gaules, est mystérieuse, impénétrable. Sa vieille ville avec ses nombreuses églises, ses traboules, ses rues pavées, regorgent de secrets et sous le macadam, il y a aussi de belles choses à découvrir. Elle a une place prépondérante dans l’intrigue et c’est intéressant de voir que, finalement, pour cette affaire, le lieu d’action est aussi important que les personnages.

Christophe Royer s’est penché sur les raisons qui ont poussé le criminel à agir. Cela n’excuse en rien les exactions commises mais cela peut aider à comprendre ce qu’a été le déclencheur et cet aspect de l’histoire m’a interpelée.

L’écriture est fluide et accrocheuse, le style percutant, les rebondissements mettent du rythme. L’atmosphère est teintée d’ésotérisme, d’insécurité. On sent que la situation peut basculer d’un instant à l’autre. Nathalie essaie de maîtriser, d’anticiper les événements mais ce n’est pas simple du tout. Certains protagonistes ne sont pas très clairs, à qui faire confiance ? Cette lecture est très addictive et j’aurai du plaisir à retrouver Nathalie et même plus….

Éditions : Taurnada (11 Mars 2021)
ISBN : 978-2372580823
370 pages

Quatrième de couverture

Mutée depuis peu à la Criminelle de Lyon, le commandant Nathalie Lesage, mise à l'écart par sa supérieure, va devoir se battre pour trouver sa place...
Très vite, une série de meurtres atroces va la plonger dans les entrailles et les arcanes de la Ville des Lumières, lui réservant de bien sombres surprises...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.