Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2021

Ne la quitte pas du regard, de Claire Allan

allan.jpgUne chronique de Cassiopée

Eliana, Eli, est infirmière en soins palliatifs. Ce n’est pas facile tous les jours mais elle aime son métier, sa mission, qui est d’accompagner en fin de vie ceux qui lui sont confiés. Elle travaille, entre autres, avec Rachel, qui est devenue une amie sûre. Mariée à Martin, un architecte, Eli est enceinte de sept mois au début du récit. Ce n’est pas vraiment une grossesse épanouie car elle souffre d’hyperémèse gravidique, c’est une complication lorsqu’on attend un bébé, qui provoque des nausées et des vomissements jusqu’à un stade avancé. Cela l’épuise, les odeurs et la cuisine l’écœurent et elle est très fatiguée. De plus cet état de fait la rend fragile, hypersensible, toujours à fleur de peau rendant ses discussions et ses relations avec son époux parfois un peu difficiles. Elle est tellement affaiblie que la moindre petite chose peut la contrarier, lui mettre les larmes aux yeux. En ce moment, son conjoint est sur un gros chantier, à Londres (alors qu’ils habitent à Derry, en Irlande). Il doit donc s’absenter régulièrement, il rentre fourbu et tout cela conjugué à une fatigue accrue pour tous les deux, fait qu’ils s’éloignent l’un de l’autre. De plus, Eli, presqu’au bout du rouleau physiquement, a l’impression qu’elle ne sera pas une bonne mère, qu’elle ne s’attache pas à ce bébé qui, pour l’instant, lui provoque des désagréments, Mais heureusement, elle peut compter sur sa maman, Angela, qui est toujours présente en cas de coups durs. Ces deux là ont une relation assez fusionnelle, sans doute parce qu’Angela était seule pour élever sa fille.

Un jour, Eli trouve une lettre dans son casier au travail. Quelques mots sans signature qui lui font très mal. « Ne crois pas tout ce qu’il te raconte. » Qui a laissé ce message ? Pourquoi ? Comme le ver dans un fruit, le doute s’insinue dans son esprit. Ses émotions exacerbées par les hormones prennent le dessus, elle perd son jugement rationnel, s’affole, se pose des questions. Martin essaie de la calmer mais d’autres événements déstabilisants arrivent, achevant de la troubler. Elle est perdue, elle ne sait plus que faire….Est-ce que celui qu’elle aime la trompe ? Ment-il ? A-t-il une double vie ?

Ce roman est construit en alternant les points de vue d’Eli, et de deux autres personnes. Une même situation peut être vue différemment suivant qui prend la parole. Les perceptions ne sont pas forcément identiques d’un individu à l’autre. On observe Eli qui perd pied, on voudrait l’aider car elle reste attachante. Mais on voit bien qu’elle se laisse déborder par tout ce qui gronde en elle. Comment va-t-elle s’en sortir ? Ce recueil est ce qu’on appelle un page-turner, on commence et on ne le lâche plus. L’écriture (merci au traducteur), le style sont très addictifs, le rythme ne faiblit pas car il y a des rebondissements. Qu’il y ait une ou deux invraisemblances, quelques petites choses qui donnent le sentiment d’être prévisibles, tout cela n’empêche pas de prendre beaucoup de plaisir à la lecture car, sauf si on a lu la fin, on ne peut pas tout voir venir. Ce n’est pas prise de tête, ça reste un bon thriller sans pour autant qu’on y trouve une étude psychologique approfondie de chacun des personnages.

J’ai trouvé intéressant de sentir, entre les lignes, le thème de l’amour. Jusqu’où peut-on aller par amour, qu’est-ce qu’aimer ? Est-ce que ça se mesure ? Peut-on aimer trop, aimer mal ? Et dans ce cas, quelle place donner au pardon ?

Un auteur que je viens de découvrir et que je retrouverai avec plaisir.

Traduit de l’anglais par Nicolas Porret-Blanc
Éditions : L’Archipel (1 er Avril 2021)
ISBN : 978-2809841503
388 pages

Quatrième de couverture

" Ne crois pas ce qu'il te raconte. " Cette note anonyme glissée dans son casier instille le doute dans l'esprit d'Eli, une infirmière enceinte de sept mois. Simple plaisanterie de mauvais goût ou véritable avertissement ? Le message fait-il allusion à son mari, Martin, qu'elle sent de plus en plus distant depuis le début de sa grossesse ? Dans l'ombre, une femme semble l'épier. Une femme qui souhaite plus que tout devenir mère...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.