Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2021

Cargèse n’oublie jamais, d'Isabelle Chaumard

cargèse.jpgUne chronique de Cassiopée

Une bien belle réussite que ce roman qui mêle avec doigté et intelligence une quête identitaire à l’histoire de la Corse et de la Grèce. Et oui, en 1676, une colonie grecque en provenance du sud du Péloponnèse s'est installée sur le littoral occidental de Corse, d'abord à Paomia, puis à Cargèse, cœur de ce récit. C’est en se basant sur des faits réels que l’auteur a tissé tout autour, son intrigue. Et c’est vraiment très bien fait. De plus, dans les dernières pages, elle éclaire le lecteur en donnant des précisions permettant de séparer le vrai du faux.

Isabelle Chaumard a, sans aucun doute, fait un formidable travail de recherches avec des supports variés : thèse de doctorat, entretiens, lectures etc. Afin de donner du corps à son intrigue, elle a décortiqué tout cela, comparé, gardé des faits importants qu’elle a ensuite intégrés à son texte. C’est bien fait et on peut penser que tout cela est crédible tant ça tient la route.

Clio est avocate. Elle a postulé dans un grand cabinet où elle a été embauchée et cerise sur le gâteau, elle y a trouvé son mari. Elle s’est associée à lui et à son beau-père qui travaille également avec eux et a des parts dans l’affaire. Elle est plutôt en réussite lorsqu’elle plaide, elle consciencieuse, appliquée et trouve toujours la faille pour remporter le procès. Mais voilà que sa vie commence à s’effilocher, elle a quitté son époux qui ne la respectait plus, sa mère est placée car elle souffre de troubles de mémoire importants…. Et une catastrophe en entraînant une autre, elle vient de perdre un procès pour la première fois. Elle compte bien redresser la barre avec le client suivant mais son beau-père ne se montre pas très agréable. Elle ne sait plus où elle en est et son désarroi s’accentue lors d’une visite à sa mère. Cette dernière tient des propos décousus et lui parle d’un notaire installé en Corse à Cargèse qu’elle doit aller voir impérativement.

Elle se rend finalement sur place et se heurte très rapidement à un mur de silence. Les Corses seraient-ils des taiseux ? Ou en savent-ils trop sur cette femme qui débarque chez eux ? Des secrets, des non-dits, des allusions, des faits troublants, elle est perdue. Mais elle ne renonce pas car elle sent qu’on lui cache quelque chose. Comment les colons grecs de 1674 peuvent-ils avoir influencé sa vie personnelle ? Qui sont tous ces gens qui semblent posséder des informations sur elle ? Clio a l’impression qu’une vérité, tue depuis des années, va lui tomber dessus.

« Le problème, avec les vérités, c’est qu’une fois énoncées, elles viennent tout chambouler. C’est irrémédiable. Pourtant, ce qu’il reste à bouleverser, là, est déjà en ruine. »

Est-on prêt à accueillir des révélations qui remettent en cause tout ce qu’on sait de son passé ? Divulguer ce qui a été tu mais à quel prix et pourquoi ?

J’ai beaucoup apprécié cette lecture. L’écriture est prenante, vivante, elle transmet une atmosphère liée à la Corse, aux lieux, aux insulaires. On lit comme si on vivait sur place. Les descriptions sont telles qu’on visualise les lieux, les paysages. De plus le contexte historique est captivant et le déroulement entre passé et présent très bien pensé. Clio est un personnage attachant et certains de ceux qu’elle rencontre, finissent par accepter de créer des liens avec elle. C’est progressif car la confiance s’installe petit à petit. Les faits évoluent sous nos yeux. En découvrant ce texte, j’ai  eu envie d’aller visiter sur place !

Éditions : Le mot et le reste (17 Juin 2021)
ISBN :978 2361397852
230 pages

Quatrième de couverture

À quarante ans, Clio perd son premier procès et par la même occasion son poste d’avocate dans le cabinet de son ex-beau-père. Comme les mauvaises nouvelles n’arrivent jamais seules, sa mère disparaît de l’hospice où elle était internée. Pour la retrouver, elle n’a qu’une piste à suivre, celle d’un notaire de Corse-du-Sud, installé à Cargèse, qui aurait peut-être bien quelques secrets de famille, longtemps enfouis sous les mensonges, à raconter.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.