Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2022

Epaulard, de Thierry Brun

Epaulard.jpgUne chronique de Cassiopée

Elle s’appelle Béatrice. Belle, racée, musclée, intelligente, discrète, observatrice, il lui faut toutes ces qualités pour mener à bien les missions qu’on lui confie. Son travail ? Protéger des personnes connues que d’autres pourraient vouloir attaquer. Il est donc nécessaire qu’elle anticipe, qu’elle pense à tout, qu’elle planifie, qu’elle ne laisse rien au hasard et qu’elle soit hyper concentrée. C’est une « pointure », elle est excellente et ses compétences sont à la hauteur des tâches qu’elle doit mener à bien. Pas de fausse note, jamais. On la surnomme Épaulard, comme l’animal du même nom qui a une réputation de tueur.

Jusqu’au jour où…. Ayant accepté de travailler en freelance, la protection tourne mal. Une mère et ses enfants sont tués. Quant à elle, elle est grièvement blessée. Après un séjour à l’hôpital, elle ne reprend pas et se réfugie dans un petit village où elle s’installe discrètement. Elle est traumatisée, brisée physiquement et moralement. Qu’a -t-elle raté ? Elle savait pertinemment qu’on n’agit pas seule mais en équipe. S’est-elle crue plus forte que les autres ? A-t-elle fauté par orgueil ? Comment se fait-il qu’elle soit la seule rescapée ? Les enquêteurs cherchent à comprendre. Elle, cherche à se faire oublier….

Dans le coin perdu où elle s’est installée, certains mènent une vie un peu en marge. Elle ne peut pas s’empêcher d’analyser ce qu’elle voit, de déduire et surtout d’agir parfois. Forcément : chassez le naturel, il revient au galop. Les habitants de la bourgade vont vite se poser des questions sur elle quand ils apprennent comment elle se défend.

Béatrice peut-elle se reconstruire ? Comment accepter d’avoir échoué ? L’auteur nous montre à travers une intrigue finement menée, le cheminement vers l’acceptation de soi. Les traces indélébiles que portent Épaulard et avec lesquelles elle se doit de vivre, de continuer la route. C’est d’autant plus difficile que c’est une femme secrète, peu habituée à montrer ses émotions. Elle veut tout maîtriser et c’est peut-être pour cela qu’elle se refuse à tomber amoureuse ? Pour ne pas avoir de failles ? Pour que personne n’ait de prise sur elle ? Par peur d’être abandonnée un jour (parce que dans sa famille, les relations ne sont pas simples et comme épaulard échaudé craint …..ah non, c’est chat mais c’est pareil, non ?

J’ai bien aimé l’écriture musclée de l’auteur, ses phrases courtes, l’atmosphère prenante qu’il installe et la tension qui va crescendo. Plus on avance, plus on apprend à connaître Béatrice, on lui souhaite de trouver les réponses à ses questions. En tout cas, moi, j’ai apprécié ce bon roman noir que j’ai lu d’une traite.

Éditions : Jigal (3 Juin 2022)
ISBN : 978-2377221677
282 pages

Quatrième de couverture

Béatrice est Épaulard, agent privé de protection rapprochée, héroïne invisible, figure discrète et forte à la fois qui a sacrifié sa vie à sa profession. Exigeante, reconnue par ses pairs, elle est choisie pour sécuriser le déplacement d’une mère de famille et de ses deux filles mais le contrat se solde par une nuit d’horreur dont tous les médias se font écho. Traumatisée, le corps brisé, rongée par l’échec et la culpabilité, Béatrice se réfugie seule dans un village du centre de la France.

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.