Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2022

Les amants du Mont-Blanc, de Christophe Ferré

Ferré.jpgUne chronique de Cassiopée

Léa est une jeune femme journaliste qui écrit des livres sur des cold case, des affaires non résolues. Cette fois-ci, elle a décidé de mener l’enquête dans la région de Chamonix, vers le Mont-Blanc où trois ans auparavant, deux couples ont été assassinés sur un parking.

Inspiré par l’histoire de la tuerie de Chevaline, l’auteur a librement revisité les faits, les théories et hypothèses pour construire son roman. Christophe Ferré aimé faire voyager ses lecteurs dans différents coins de France. Après la Bretagne, nous voici en montagne et d’après les descriptions, on sent que l’auteur a dû s’y promener.

Léa part s’installer dans un hôtel avec un ami photographe. Son compagnon ne l’a pas suivie, leur relation bat de l’aile depuis le confinement, comme si trop de temps passé ensemble et trop de proximité les avaient usés. Nous sommes trois ans après ce passage terrible où tout le monde est resté entre ses quatre murs. La vie a repris tout doucement, et dans le livre les allusions sont nombreuses, le tourisme redémarre, les activités également mais pour les commerçants c’est encore difficile.

Contrairement aux policiers, Léa n’a pas de plan pour ses investigations, elle compte sur son intuition, ses déductions, ses observations et sur sa bonne tête sympathique pour attirer quelques confidences. C’est d’ailleurs le cas, mais souvent les gens lui parlent parce qu’elle insiste, elle ne lâche rien, lançant des pistes pour faire croire qu’elle est au courant, afin d’obtenir des informations supplémentaires. Une chose est sûre, lorsqu’elle parle de son livre, personne ne veut être cité. On dirait que tous les gens du coin n’ont qu’une envie : ne rien dire, se faire oublier et qu’on n’évoque plus de ces morts pour éviter « une mauvais publicité ».

Entre les fakes news, les rumeurs, les non-dits, les gens qui savent mais ne veulent rien dire, ceux qui inventent, ceux qui imaginent que …. Léa a beaucoup de travail pour cerner la vérité et faire le tri. C’est sans doute le plus délicat pour elle, vérifier la fiabilité de chaque petit détail découvert ou reçu.

Les chapitres sont courts, les dialogues nombreux et tout cela donne du rythme au récit. Les personnages sont troubles, on ne sait pas à qui se fier. J’ai trouvé Léa parfois un peu trop sûre d’elle. J’avais envie de lui dire de moins se précipiter, de réfléchir, de ne pas faire confiance trop vite, la faute à sa jeunesse ? Le texte est écrit à la troisième personne mais il est accompagné de quelques pages du journal intime de Léa. Il est peut-être dommage que cet aspect n’ait pas été plus développé avec les ressentis de la journaliste. Les lieux sont importants et j’avais presque la « photo » de ce qui était présenté sous les yeux. Non pas que les scènes soient trop détaillées au détriment des investigations mais l’auteur sait, en quelques mots, nous situer et nous transmettre les éléments nécessaires pour imaginer sans problème où se déroulent les événements.

L’écriture est plaisante, fluide. Il y a du suspense et si certaines situations sont moins crédibles, ce n’est pas gênant. J’ai aimé que certains protagonistes soient ambivalents et que Léa s’interroge sur les motivations du tueur. Au-delà de l’enquête, l’auteur a mené une réflexion sur l’impact du virus sur la vie de tous et cela apporte un plus dans son roman.

Éditions : L’Archipel (13 Octobre 2022)
ISBN : 978-2809844160
385 pages

Quatrième de couverture

Au pied du Mont-Blanc, à la veille d'un confinement pour cause de pandémie, deux couples qui ne se connaissaient pas sont abattus. Qui était visé ? Et pourquoi ? Un massacre en forme d'énigme... Trois ans plus tard, Léa, journaliste spécialiste de cold cases, se rend à Chamonix pour élucider l'affaire.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.