Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2015

Violence d’État, d’André Blanc

 violence d'état, andré blancUne chronique de Cassiopée.

Farel  est un homme aux mille facettes et aux multiples vies. Plus je le découvre, plus il me fascine. Il montre une force de caractère peu commune, une façon d’être à la fois très tendre et parfois si violente, sans état d’âme lorsqu’il pense toucher le mal dans sa profondeur. Complètement insaisissable et pourtant il emplit le roman, vous prend par la main et ne vous lâche plus.  C’est lui qui donne vie aux pages et parce qu’on s’attache à ses pas, on veut aller plus loin à ses côtés. Alors, on se prend à écouter ce qu’il ne dit pas, à lire entre les lignes ce qu’il n’exprime pas. Parce qu’il est comme ça le commandant : pas de grand discours inutile, seulement, des actions ciblées, voulues, choisies en conscience (la sienne) quitte à franchir la ligne rouge. Une équipe qu’il connaît, parfois surprise de ses manières mais habituée à lui et comme dit l’adage : « On sait ce qu’on perd, mais on ignore ce qu’on gagne. » Alors il vaut peut-être mieux travailler avec Farel, vu de l’extérieur comme un policier psychorigide, mais qui est un homme diablement efficace et non dépourvu d’humanité même si on ne la voit pas au premier abord (et quand il laisse entrevoir qu’il est amoureux, on sent la glace qui fond et on découvre les failles) .  C’est sans doute pour ça que ses collègues, la plupart du temps, lui pardonnent ce qui va moins bien. Et puis c’est quelqu’un qui a la notion du devoir intime.

 Le départ de ce roman ressemble beaucoup à un fait divers qu’on pourrait trouver dans nos journaux (d’ailleurs, l’auteur dit dans un entretien avoir été inspiré par la réalité). Un accident dramatique, dans lequel est impliqué un fourgon funéraire, et où il n’y a pas de mort dans le cercueil (mais bien assez tout autour).  Quid du contenu ? De la drogue et des armes… Trafic à la petite semaine ou plus grosse affaire ?  Avec la juge Fournier qui comme lui ne se laisse pas intimider ni influencer, Farel et son équipe dont un petit nouveau, Jimmy, au nom prédestiné (clin d’œil à l’éditeur ?) mènent l’enquête. Ils vont loin dans leurs investigations et découvrent des choses étonnantes, surprenantes,  et surtout dérangeantes….

« Les années passées à tendre des pièges et des chausse-trappes dans les alcôves du pouvoir, lui avaient laissé croire que tout était permis, que la justice était toujours vendue à qui la payait, que le pouvoir n’entendrait jamais les cris, ni les soupirs des hommes, simples pions jetables, et que sous couvert d’intérêt national, la fin devait toujours justifier les moyens, quel qu’en fut le prix…. »

Voilà comment raisonnent les hauts placés, ceux qui gouvernent l’état, les « intouchables » (ou qui le croient)  et pour quelques uns,  des êtres sans scrupules, prêts à écraser tout sur leur passage pour leur profit personnel. Roman ? Vous avez dit roman ?

 Lorsqu’on sait où a travaillé André Blanc, pourquoi il est probablement parti , on a le droit de s’interroger. D’autant plus que son livre a des accents de vécu, de vérité, de réalité (les sociétés militaires privées ont-elles « privatisé » la violence ? Et jusqu’où vont leurs actions au niveau politique ?)

 C’est donc, une fois encore, un livre dur, édifiant  sur certains points (si on ne fait pas l’autruche), déstabilisant car entraînant des interrogations (tous pourris ou pas ? et si oui, comment agir ?) et écrit dans un style sobre qui frappe fort à votre porte. Le cerveau en prend plein les neurones et le lecteur plein la vue…obligé qu’il est d’enlever les lunettes roses qui le laissaient croire que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil… »

 « Être et durer » que ce soit Guillaume Farel ou André Blanc, je le souhaite pour notre plus grand bonheur.

 

Violence d’Etat
Auteur : André Blanc
Éditions : Jigal (Septembre 2015)
Collection : Polar
Nombre de pages : 265
ISBN : 979-10-92016-52-9

Quatrième de couverture

 

Suite à un tragique accident survenu sur le périphérique lyonnais, le commandant Farel découvre un important stock de drogue et d’armes planqué dans un cercueil. En remontant la piste de ce qui semble être un trafic régulier, Farel fait sortir du bois une figure du grand banditisme local, un mafieux russe, des hommes de main en provenance des Balkans, une société de sécurité privée et un mystérieux Lupus… Mais au fil de l'enquête, c'est au plus haut sommet de l'État qu'apparaissent quelques personnages inattendus – officier d'état-major, flic à la retraite, énarque, directeur de cabinet – qui semblent, dans le plus grand secret, tirer les ficelles… Après avoir esquivé menaces, intimidations, attentats et autres coups bas, c'est dans un réel climat de guerre froide que Farel et son équipe vont devoir affronter cette étrange coalition !

 

Commentaires

Merci de cet honneur.

Écrit par : Guillaume Farel | 23/10/2015

Les commentaires sont fermés.