Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2017

Retour à Duncan’s Creek, de Nicolas Zeimet

retour_a_duncans_creek.jpgUne chronique de Cassiopée

Les trois doigts de la main

D’emblée, la couverture vous plonge au cœur du paysage qui vous collera à la peau dans le roman. Les Etats-Unis, au milieu de nulle part, la mythique Route 66, la chaleur étouffante, le souffle court, les paysages à perte de vue, une certaine forme de désolation et de désespérance….

Trois adolescents : Ben, Jake et Samantha, trois amis unis comme les doigts de la main, jouant ensemble, riant ensemble, faisant face ensemble et se taisant chacun dans leur coin … Et puis, les voilà adultes et on s’aperçoit  qu’ils ne se sont plus vus  pendant des années. Et pourtant, lorsque  Sam appelle Jake au secours,  il y va, au nom de leur vieille amitié sans doute. Il ne se pose pas de question, il part.

Alternant les passages intitulés « aujourd’hui » ou Jake raconte à la première personne son voyage et ceux appelés « hier » où le récit se fait à la troisième personne, le lecteur va à la rencontre de trois personnalités bien distinctes. Sam est la seule fille du trio, c’est une écorchée vive qui cache sa souffrance sous une arrogance démesurée, et un humour au goût acide. Ben, c’est le « bon gros » qui suit le mouvement mais ne décide pas toujours, qui s’accommode de tout et qui ne dit pas grand-chose. Jake, c’est celui qui voudrait être ailleurs pour vivre autre chose autrement et surtout pas ce que lui propose indirectement ses parents qui ont déjà une idée d’un avenir tout tracé pour lui ….

Plus de vingt ans après, que reste-t-il de ces trois jeunes ? Pourquoi ne sont-ils pas restés en contact ? Par quoi sont-ils liés ? Quel lourd secret partagent-ils ? Quel a été leur vie pendant cette période où ils n’étaient pas ensemble ? Ont-ils réalisé leurs rêves , perdu leurs illusions, réussi leur vie ?

Non-dits, poids du passé, résilience sont les principaux thèmes abordés dans ce recueil mais on a aussi de profondes réflexions sur la jeunesse, l’influence de l’éducation, les difficultés à s’affranchir du regard des autres, à trouver sa place dans une fratrie, à aimer celui ou celle qu’on est ….

L’auteur, Nicolas Zeimet, est français, mais à le lire, on dirait qu’il a vécu dans les lieux qu’il présente. Il donne vie aux décors et de ce fait, ils prennent une place à part entière dans l’histoire, « habillant » les événements d’une atmosphère particulière. Il a, dans son écriture, ce petit quelque chose en plus qui donne vie à ce qu’il évoque. Les protagonistes deviennent des familiers, vous vous sentez proches d’eux et chacune de leurs émotions vous touche comme si vous étiez concernés. Je crois que c’est ce qui m’a le plus frappée en lisant cet opus. Je visualisais chaque scène et je ne voulais surtout pas lâcher les trois camarades.  Alors, lorsqu’est arrivée  la dernière page, je me sentais seule, il me manquait quelque chose ou plutôt quelqu’un ……

Ce livre est un coup de cœur pour plusieurs raisons. Il m’a touché au cœur, me permettant de vibrer, de m’évader, de faire corps avec ce que je lisais. Il est rédigé avec justesse ; même dans les moments les plus noirs, le pathos n’envahit pas tout car il y a toujours une touche de tendresse, parfois même d’humour, qui transparaît dans ou entre les lignes. Il laissera une trace durable dans mon esprit car j’ai senti  dans  les chapitres, le profond amour que l’auteur portait à ses personnages, leur offrant le pire, le meilleur, mais surtout une présence …….

 A signaler, les titres musicaux qui accompagnent le texte et sont glissés ça et là comme autant de références pour se mettre dans l’ambiance.

Retour à Duncan’s Creek
Auteur : Nicolas Zeimet
Éditions : Jigal (8 Septembre 2017)
ISBN : 978-2377220137
296 pages

Quatrième de couverture

Après un appel de Sam Baldwin, son amie d'enfance, Jake Dickinson se voit contraint de retourner à Duncan's Creek, le petit village de l'Utah où ils ont grandi. C'est là que vit Ben McCombs, leur vieux copain qu'ils n'ont pas revu depuis plus de vingt ans. Les trois adolescents, alors unis par une amitié indéfectible, se sont séparés dans des circonstances dramatiques au début des années quatre-vingt-dix.

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.