Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2018

Stavros, de Sophia Mavroudis

stavros.jpgUne chronique de Cassiopée

O Grèce si tu savais…

Ce roman  met en scène le commissaire Stavros  Nikopolidis mais également un pays. Une contrée que l’auteur nous fait découvrir de pages en pages en toile de fond de son intrigue. Très vite, la Grèce est aussi importante que les événements de l’histoire qu’on nous conte et devient personnage à part entière. Sophia Mavroudis, issue de deux cultures, sait de quoi elle parle et elle le fait bien. On sent toute la douleur de voir ce lieu qu’elle aime (car cela ne fait aucun doute) en proie à des « dérèglements » : la corruption,  la crise économique et sociale (avec l’adhésion à l’union européenne qui a engendré de gros problèmes), la perte d’identité, les difficultés des moins riches (car les autres arrivent maintenant à s’en sortir), les trafics de toutes sortes  etc.

Mais revenons à Stavros à qui est confié une nouvelle enquête. Sa femme a disparu sur un chantier de la frise du Parthénon (elle était responsable de fouilles archéologiques) il y a une dizaine d’années. Depuis il survit, aidé par l’alcool et le tabac ainsi que la présence de son fils, même s’il le néglige. Il n’est plus que l’ombre de lui-même et ne s’accroche à rien, à part son mégot et son verre. Même le jeu de tvali ne l’intéresse plus, c’est dire ! Son passé familial est douloureux et il en porte les stigmates car il n’a pas pu établir de véritable lien avec son père. Il n’est pas facile à vivre ni à la maison, ni au boulot. Capable du meilleur comme du pire…surtout du second d’ailleurs…. Il peut devenir totalement incontrôlable.

« On n’en finit pas avec le mal, Stavros. Il fait partie de la nature humaine, tout comme le bien. il pave notre chemin, s’insinue dans nos vies. Ne vous consumez pas en le combattant. »

Son chef, Livranos, est tout ce qu’il n’est pas. Ils ne sont pas issus du même milieu, ils ne travaillent pas avec  les mêmes méthodes  et surtout ils ne lisent pas la même chose (difficile de se comprendre, n’est-ce pas ?) Malgré tout, peut-être à cause des similitudes avec ce qu’il s’est passé dix ans en amont, c’est à lui qu’il demande de résoudre la dernière affaire. Il va être aidé par un collège geek très doué et par Dora, une « guerrière ».   Se fiant à son instinct, impulsif trop souvent, il fonce souvent tête baissée et oublie toute prudence …. Stavros va devoir réfléchir et anticiper s’il veut coincer celui qui prend plaisir à le manipuler dans l’ombre.

Sophia Mavroudis maîtrise parfaitement les différents thèmes qu’elle aborde et ses connaissances sont solides. Que ce soient les stratégies du jeu de tvali (que Stavros utilise dans son approche de celui qu’il traque), la relation père-fils évoquée avec diverses approches, les difficultés quotidiennes de la vie pour certains grecs ou le passé de son pays. Ses personnages sont de vrais héros, très charismatiques et presque « théâtraux », ils ont des caractères bien affirmés, et les secrets, les non-dits les bloquent dans leur communication à l’autre. Le rythme est soutenu. L’atmosphère de ce recueil est particulière, je le redis, au delà des recherches policières, c’est tout ce qu’il y a à côté qui donne une « dimension », une profondeur intéressantes à ce récit. Quant à l’écriture et au style, ils sont de qualité avec un vocabulaire de qualité très recherché.

Et par-dessus tout, à travers l’enquête de ce policier atypique et attachant, l’auteur présente un plaidoyer pour la Grèce, espérant qu’elle retrouve  équilibre et bonheur de vivre.

Stavros
Auteur : Sophia Mavroudis
Éditions : Jigal (Septembre 2018)
ISBN : 978-2-37722-043-4
240 pages

Quatrième de couverture

Athènes, à l’aube… Un morceau de la frise du Parthénon a disparu et le cadavre d’un archéologue gît au pied de l’Acropole. Le passé du commissaire Stavros Nikopolidis vient de ressurgir violemment ! En effet, quelques années auparavant, sa femme Elena – alors responsable des fouilles archéologiques – disparaissait mystérieusement au même endroit. Depuis, Stavros n’est plus que l’ombre de lui-même… Mais aujourd’hui les signes sont là. Rodolphe, le probable meurtrier, son ennemi de toujours, est revenu…

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.