Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2019

L'enfant de Garland Road, de Pierre Simenon

simenon.jpgUne chronique de Cassiopée

Bouleversant et magnifique

Dans la famille Simenon, je demande le fils et … j’en redemande !
Je ne suis pas particulièrement fan de Georges, mais je crois que je vais le devenir pour Pierre…
J’ai beaucoup apprécié ce roman qui a su allier avec intelligence réflexions intimistes, analyse psychologique et enquête policière.

Kevin O’Hagan n’a pas particulièrement réussi sa vie. Marié à Nicole, une femme d’affaires efficace, ils ont eu ensemble Nora. Cette dernière est étudiante et ne vit plus avec son père qui est veuf, son épouse étant décédée brutalement, lui laissant une rente pour subvenir à ses besoins et ceux de leur fille, encore bien jeune à l’époque de la mort de sa Maman. C’est donc Madame qui faisait bouillir la marmite en femme indépendante qui n’a jamais voulu de son mari comme associé. Kevin, lui, a essayé d’écrire, il a proposé des manuscrits qui ont été refusés et il est ce qu’on appelle un écrivain raté. A plus de soixante ans, rien ne le retient à la vie et il pense qu’une bonne décision serait d’agir au lieu de se laisser porter. Un suicide et on n’en parle plus. Mais voilà qu’un appel téléphonique va tout remettre en question.

Son beau-frère et sa belle sœur viennent d’être assassinés et ils laissent derrière eux David, leur fils d’une dizaine d’années. Les grands parents, trop âgés pour le prendre en charge, demandent à Kevin de l’accueillir et de l’accompagner dans sa vie. Pas vraiment motivé, il se laisse fléchir et prend sous son aile le jeune garçon. Une relation va se construire entre eux, magnifique de sollicitude réciproque, de respect, d’écoute.

Ce roman est divisé en onze parties dans lesquelles on retrouve des chapitres courts, percutants. La présentation est le plus souvent la même : un chapitre qui évoque le passé et ce que vivait Kevin avec sa femme puis nous revoilà dans le présent avec, éventuellement, quelques retours en arrière. On s’aperçoit vite que ce couple n’avait pas grand-chose en commun et que Nicole était détachée, limite méprisante avec celui qui partageait sa vie. Est-ce cela qui l’a empêché de s’épanouir, de se sentir en phase dans son quotidien ? En partie mais le mal-être était plus profond, l’échange, la complicité, ciment d’une union n’étaient plus là.

Les parents de David ayant été tués sauvagement sans que rien ne soit volé, Kevin s’interroge et se demande si l’enfant n’est pas en danger. Aidé de Fran, une ex-shérif avec qui il est très ami, il va mener l’enquête. Leurs recherches vont les emmener bien loin et aideront Kevin à mieux cerner ce qu’il veut faire de sa vie.

Ce livre est remarquable car les fils rouges sont multiples et aucun ne prend le pas sur les autres.  Il y a les investigations « policières ». Puis le cheminement de Kevin, « Incapable de trouver la sérénité parmi les vivants, il avait recherché la paix des morts. En vain. La vie s’était révélée aussi tenace qu’impitoyable. » Cette longue route vers l’acceptation de l’idée que sa moitié était en partie une inconnue, qu’il l’aimait à sa manière sans toutefois la comprendre et qu’il fallait laisser le passé à sa place pour « se retrouver ». Et enfin, ce petit bout d’homme qui a besoin de tendresse, de protection, qui est spontané, vivant, réclamant (en douceur) de l’attention, une présence humaine nécessaire pour grandir en harmonie. J’ai trouvé que tous les aspects étaient abordés avec doigté, finesse, précision.

J’ai été conquise par le style et l’écriture. Les deux dégagent de la délicatesse, de la pudeur, de la mélancolie. Le phrasé est subtil et délicat, l’atmosphère ouatée. Il y a une forme de sobriété dans le propos et parallèlement une grande profondeur dans l’analyse. Je n’avais pas envie de finir ce recueil et j’ai quitté les différents personnages à regret.  

 

Éditions : Plon (4 Avril 2019)
335 pages

Quatrième de couverture

Kevin O'Hagan a 63 ans. Écrivain raté et veuf torturé par les affres toxiques d'un mariage déchu, il vit retiré du monde, sans espoir ni recours, dans les collines boisées du Vermont. Alors qu'il tente sans succès d'en finir avec l'existence, il devient malgré lui le tuteur de David, son neveu de dix ans, qui vient de perdre ses parents dans des circonstances aussi brutales que mystérieuses.

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.