Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2019

Le diable vous emporte, Nouvelles Dora-Suarez n° 7, de Collectif

diable.jpgUne chronique de Cassiopée

Ce recueil de nouvelles a été écrit par huit femmes, la photo de couverture est celle d’une femme. Seul le responsable de la maison d’éditions est un homme mais, à sa décharge, il est agréable et charmant. Cette lecture est le résultat d’une belle rencontre au salon des éditeurs indépendants stéphanois le 12 Octobre 2019. J’ai eu le plaisir de discuter avec l’éditeur et deux auteurs (désolée, je n’aime pas le mot « autrice »). Parmi les huit personnes qui ont écrit, j’avais déjà lu et apprécié (pour des romans) trois d’entre elles. Cet aparté terminé, entrons dans le vif du sujet.

Chacun des récits est précédé d’une courte présentation de celle qui l’a rédigé. En quelques mots, on la connaît un peu, suffisamment pour avoir une idée générale de son parcours. Huit textes, huit styles, huit tons, huit lieux, huit univers. Rien ne les relie si ce n’est le fait de jouer avec les limites comme annoncé sur la quatrième de couverture et d’aller plus loin (sans tomber dans le gore). Quoique, si, il y a un point commun. Une phrase trouvée dans les dernières pages, est « parlante » pour toutes les tranches de vie (de mort ?) évoquées.

« Cependant, quelle que soit la façon de voir les choses, l’intime vérité d’un être est inatteignable. »

En effet, on ne connaît jamais à fond ceux qu’on côtoie, on ne sait jamais jusqu’où quelqu’un peut aller parce qu’il aime, hait, souffre ou souhaite se venger. Chaque être est imprévisible et c’est bien ce qu’on va constater.

Chaque auteur a su me toucher, certaines fois avec une tristesse diffuse, une forme de désespérance, d’autres fois avec une pointe d’humour, même si le contenu est noir, sombre. Je crois que la force de chaque fiction est d’avoir laissé, à un moment ou un autre, une place, même infime, même entre les lignes, même très discrète, à une part d’humanité. En outre, la variété des contextes est intéressante. On peut se retrouver sur les plages ensoleillées de Cuba, dans un hôpital (et finir le cœur en vrac), à Alep, en France…. On peut rencontrer une bande de copains, une femme seule, un couple, une psychologue à l’écoute des autres (mais pas d’elle-même), etc. … Les différents protagonistes sont bien ciblés, la multiplicité des lieux est quant à elle enrichissante. Je me suis demandée si les écrivains avaient communiqué entre elles, si elles avaient parlé de ceux qu’elles allaient présenter ou si chacune avait suivi sa propre route….

Les thèmes et les sujets que l’on découvre sont tout à fait d’actualité. La Syrie, les femmes maltraitées, la maladie, etc… Même si l’association Dora-Suarez promulgue la littérature noire, il n’en est pas moins vrai que les écritures et les styles font preuve de doigté, de finesse, tout en repoussant les limites pas forcément pour apporter le mal….

L’exercice de la nouvelle n’est pas facile, il faut être percutant, faire mouche en peu de lignes, ne pas s’encombrer de détails mais en donner suffisamment pour que le lecteur se sente concerné. Ces huit femmes ont réussi avec brio à sublimer leur talent pour nous offrir des textes qui nous prennent aux tripes et nous bouleversent. Bravo !

Éditions : du Caïman (12 Octobre 2019)
230 pages

Quatrième de couverture

Elles sont huit à avoir prêté leur plume. Huit auteures de polars et de romans noirs reconnues. Et lorsque l’association Dora-Suarez* leur a proposé de participer à un recueil collectif dont le thème était de jouer avec les limites ...à dépasser ou pas, elles ont pris un malin plaisir à jouer avec les-dites limites, dans toutes les acceptations du terme. C’est donc à un road-trip littéraire et géographique que ce septième opus des « Nouvelles Dora-Suarez » nous convie.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.