Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2020

"Le secret de Mona" de Patrick Bard

Le Secret de Mona.jpgUne chronique de Cassiopée

Un bandeau rouge sur la couverture: Personne ne savait parce que personne ne voulait savoir…. Tout est dit ….
Combien de Mona ou d’autres qui lui ressemblent ? Combien de personnes mal ou non accompagnées parce que l’administration n’a pas le temps, pas les moyens, pas les yeux pour voir et les oreilles pour entendre ?

Mona vit avec sa mère et son demi-frère Justin. Le père de la première est décédé, celui du second est aux abonnés absents. A force de galères, la maman est devenue démissionnaire, elle fume (trop) et gratte des cartes en espérant décrocher le gros lot. Alors l’argent fait défaut. C’est Mona qui assume, qui gère et pourtant, elle n’a que dix-sept ans.  Son angoisse principale c’est d’être séparée de Justin, en cas de placement par exemple si les problèmes étaient tels qu’il n’y ait plus d’autres solutions. On va découvrir, dans ce court roman, tout ce qu’elle est capable de mettre en œuvre pour rester avec Justin.

Un jour, le petit a de la fièvre, beaucoup trop pour l’ignorer. Mona sait conduire, bien qu’elle n’ait pas l’âge. Sa mère, qu’elle n’appelle que par son prénom (à sa demande), lui a appris. Et elle n’est pas là. Alors, Mona prend la voiture, roule prudemment et décide d’emmener Justin vers un médecin. Un stop pas très bien marqué et c’est la rencontre avec la police. Pour ce contrôle, les interlocuteurs sont bienveillants et tout pourrait en rester là mais il y a un « je ne sais quoi » qui interroge l’un d’eux…. A partir de là, Mona va devoir lutter encore plus pour garder la maîtrise de la situation ….

Dès les premières lignes de ce récit, c’est Mona qui s’exprime, avec ses mots, son style et son langage d’adolescente. Elle fait tout pour agir le mieux possible, pour garder un équilibre familial, tout en se montrant discrète, voire transparente, pour se faire oublier. Elle est secrète, dure, elle ne veut rien dévoiler qui puisse mettre en péril ce qu’elle essaie de maintenir à tout prix : un foyer pour Justin. Outre la jeune fille, d’autres personnages prennent la parole. Ils sont nombreux, ce sont des témoignages, parfois sur le passé, parfois sur le présent. C’est fort et bouleversant car, en peu de pages, l’auteur aborde de nombreux sujets : la précarité de certaines familles, les responsabilités trop lourdes pour des jeunes, le suivi des services sociaux …..Et surtout, cette maladie qui gagne notre environnement, qui nous gangrène : le fait d’être tellement occupés, pris par le cours de nos activités quotidiennes, qu’on ne voit plus ce qui, pourtant, nous crève les yeux ! Quand on lit certaines des déclarations de ceux qui ont côtoyé Mona, c’est tout à fait ça. Les personnes ont des doutes, se disent que peut-être …. mais pas le temps de s’appesantir, de réfléchir, de se poser les bonnes questions et de creuser….

J’ai trouvé la construction de ce recueil très bien faite et réfléchie. Les chapitres sont courts et percutants. Les mots, parfaitement ciblés, font mouche. Mona est attachante, elle a une personnalité intéressante. Les indices, glissés au fil des pages, sur son secret, sont discrets et je n’ai rien vu venir.

Cet opus est destiné à des ados ou de jeunes adultes mais il peut être lu (il doit être lu, devrais-je écrire) par de « vieux » adultes aussi. Le message qu’il véhicule est important et il appartient à chacun de ne pas l’oublier, de rester vigilant, de prendre le temps de se pencher et de tendre la main…

 

Éditions : Syros (27 Août 2020)
176 pages

Quatrième de couverture

Pendant des mois, Mona s'est efforcée d'être invisible aux yeux de tous, de s'effacer. Mais le jour où son petit frère a été pris d'une forte fièvre, elle a dû le conduire en urgence à l'hôpital. Sans cela, cette histoire aurait pu ne jamais commencer.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.