Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2020

La prophétie de la cathédrale, de Christophe Ferré

516GOtGeHHL._SX299_BO1,204,203,200_.jpg

Une chronique de Cassiopée

Trois….

Avec ce nouveau roman, Christophe Ferré s’est renouvelé. Il a changé de registre en écrivant un thriller en lien avec le passé. Il a choisi la cathédrale de Chartres et les environs comme lieux principaux, il a mêlé faits réels et fiction avec doigté. Tout cela et une excellente intrigue m’ont donné envie de revisiter Notre-Dame de Chartres. En effet, le récit m’a offert un autre regard, une approche différente sur cet édifice, son histoire, ses vitraux….ma curiosité a été éveillée et j’ai le souhait d’en apprendre plus sur le plan historique.

Mary, une jeune étudiante américaine, participe, dans le cadre de ses études, a un chantier de restauration dans la cathédrale de Chartres. Passionnée, vive et intelligente, ceux qui la côtoient sont sous le charme car elle est pertinente dans ses questions, ses recherches. Elle a attiré l’attention d’un vieil homme que l’on surnomme « Le spécialiste des mystères de la cathédrale ».  Après avoir sympathisé, pas mal discuté, il l’invite un soir à descendre avec lui dans la crypte pour lui révéler un secret. Mais rien ne se déroule comme prévu et Mary se retrouve en plein cauchemar. Accusée à tort, elle va essayer de s’appuyer sur Frédéric Conte, un historien avec qui elle a échangé pour prouver sa bonne foi.

C’est alors que va commencer une course poursuite folle. Le délai est court pour comprendre les tenants et aboutissants de la mission pour laquelle Mary semble désignée. D’ailleurs quelle mission ? En a-t-elle une ou tout cela n’est qu’un leurre ? Qui sont les Légionnaires de Dieu qui œuvrent dans l’ombre ? Quel est leur but ? Déstabiliser la nation ? Mettre à mal la religion ? Ce qui est certain, c’est qu’ils ne veulent pas que quiconque révèle ce qu’ils taisent et cachent depuis des années.

C’est avec une écriture fluide, vive, très agréable que l’auteur nous entraîne sur les pas de Mary. On la suit pendant ces quelques jours où elle doit lutter pour sa survie contre des gens dangereux, prêts à tout pour se débarrasser d’elle et des quelques personnes qui l’aident. Elle a peur, elle ne sait pas à qui donner sa confiance, encore moins que croire face aux nombreuses informations qui lui parviennent.

Le style est « endiablé », il y a des rebondissements, des révélations nouvelles au fur et à mesure et le lecteur s’interroge sur les rôles de chacun …. C’est une lecture prenante, intéressante car il y a tout l’aspect historique avec de nombreuses références. On sent que l’auteur s’est documenté, a fait des recherches et a construit son texte autour d’une ossature sérieuse. Je trouve que c’est un exercice difficile et qu’il a très bien réussi car tout ce qui fait partie du passé en éléments tangibles est parfaitement intégré à sa fiction. Le tout est harmonieux.

Les personnages sont variés et certains sont ambivalents, on se demande s’ils ne sont pas agents doubles, cela maintient le suspense. L’attention ne faiblit pas car plusieurs pistes sont possibles pour comprendre ce qui trame, de plus il y a une ébauche de discussion sur les religions qui pourrait lancer un débat. C’est donc une excellente lecture !

Éditions : Archipoche (1er octobre 2020)
ISBN : 978-2377358267
408 pages

Quatrième de couverture

" Il n'y a de Dieu qu'Allah l'Unique. " Par quel mystère la profession de foi de l'islam figure-t-elle sur un vitrail de la cathédrale de Chartres retraçant la vie du Christ ? Lors de fouilles dans la crypte de cette cathédrale, Mary, jeune et brillante étudiante, est sur le point de mettre au jour une découverte archéologique majeure. Mais cette révélation risque de bouleverser l'équilibre du monde. Un rempart de haine et de sang se dresse alors pour empêcher la jeune femme d'accéder à cette vérité qui dérange.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.