Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2021

ALIENés, de Fabrice Papillon

aliénés.jpgUne chronique de Cassiopée

Fabrice Papillon est un journaliste scientifique, producteur de documentaires. ALIENés est son troisième roman. Ses nombreuses et solides connaissances, intégrées dans une intrigue habilement ficelée, permettent d’avoir un livre qui interroge et qui documente le lecteur, tout en lui faisant passer un excellent moment. C’est un thriller qui se déroule en 2022, avec une pointe d’anticipation, des investigations policières et un contexte très intéressant qui mêle personnages et situations réelles avec une fiction qui secoue.

L’ISS, vous connaissez ? Depuis que Thomas Pesquet est allé en mission là-haut, rares sont ceux qui n’ont pas entendu parler de ce lieu. Ce soir-là, dans l’espace, tout le monde dort ou presque… Pourtant, un astronaute américain est mort, éventré. Et lorsqu’ils s’en rendent compte, ses camarades prennent peur. Meurtre en huis-clos, que s’est-il passé ? Chacun des coéquipiers - pière (il y a une femme), peut être responsable. Comment continuer à travailler sereinement dans ces conditions ? Qui est coupable ? Et surtout que faire du corps ? Comment agir ? Dépêcher quelqu’un sur place ou enquêter à distance ?

Parallèlement, à Lyon, dans les fameuses arêtes de poisson, réseau souterrain bien connu dans cette ville, un homme est retrouvé, c’est également un américain et lui aussi est éventré. Louise Vernay, commandant à la PJ de la cité, est chargée de l’affaire. C’est une femme volontaire, un peu borderline, qui a « épousé » son métier, c’est toute sa vie. Elle veut comprendre, elle prend des risques, elle abuse de ses droits quitte à détourner la vérité pour obtenir ce qu’elle veut. Elle va loin, très loin mais elle arrive, le plus souvent, à ses fins. Pratiquement persuadée qu’il existe un lien entre ces deux morts inexpliquées, elle va se débrouiller pour agir, un peu en électron libre et se voir confier, de façon plus ou moins officielle, des investigations des deux côtés de l’océan.

Su un rythme endiablé, avec des effets à la James Bond, l’auteur nous a concocté une histoire qui ne souffre d’aucun temps mort. L’écriture est vive, fluide, totalement addictive. Le propos est intéressant, on passe d’un lieu à l’autre, d’un individu à l’autre sans jamais se perdre malgré les ramifications très bien amenées. J’ai particulièrement apprécié les nombreux thèmes abordés. Notamment la place des géants du numérique (GAFAM, NATU …) qui l’air de rien, gouvernent une partie du monde et l’influencent. Fabrice Papillon évoque de temps à autre des faits réels, nous obligeant à ne pas rester à la surface de son récit mais bien à réfléchir, à plonger dans les dessous de l’histoire de l’homme, des hommes. Comme il arrive à vulgariser tout ça, il ne perd pas le lecteur dans trop de détails et maintient intact son intérêt et le suspense.

Les personnages pourraient sembler caricaturaux au premier abord mais ils ne le sont pas tant que ça. Certains jouent sur plusieurs tableaux et sont peu clairs dans leurs rapports aux autres. A la place de Louise, je n’aurais pas su à qui faire confiance et je pense que j’aurais eu les mêmes envies qu’elle concernant Ethan ;-)

On se demande souvent comment peut se terminer une histoire comme celle-ci, et je dois dire que je ai trouvé la fin tout simplement réfléchie et réussie.

Cette lecture m’a beaucoup plu, je visualisais parfaitement les lieux lyonnais et j’avais l’impression d’avoir le plan de la ville sous les yeux (ou d’être dans un drone). Tout le côté scientifique m’a fascinée et m’a poussée à vérifier les différentes allégations.

C’était ma première rencontre avec l’auteur et j’ai très envie de découvrir d’autres titres.

Éditions : Plon (14 Octobre 2021)
ISBN : 978-2259306003
512 pages

Quatrième de couverture

Mai 2022. À 400 kilomètres de la terre, la station spatiale internationale sombre dans la nuit artificielle. Tandis que l'équipage dort, le cadavre éventré d'un astronaute américain flotte en impesanteur dans l'un des modules de recherche. Le même jour, à Lyon, le corps éviscéré d'un biologiste américain est retrouvé à 30 mètres de profondeur, dans un mystérieux réseau de galeries souterraines baptisé les " arêtes de poisson ". S'engage une double enquête, d'abord internationale avec la NASA, aux États-Unis, pour tenter d'élucider un meurtre inédit dans l'histoire : celui d'un astronaute dans l'espace.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.