Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2021

Le dernier Afghan (HEHACTbE) (Nenaste), d'Alexeï Ivanov

le-dernier-afghan.jpgUne chronique de Cassiopée

« L’idée afghane, cela signifie qu’on défend nos droits ici, comme on a défendu notre vie en Afghanistan. Tous ensemble. Par la force. »

La guerre d'Afghanistan de 1979 à 1989 a monopolisé des soldats russes. On peut se demander ce qu’ils allaient faire là-bas. Et bien soutenir le pouvoir qui venait d’être victime d’un coup d’état. Le nouveau gouvernement étant socialiste et pro-soviétique, l’armée se devait de maintenir l’ordre. Ce conflit a duré une dizaine d’années et à leur retour en Russie, ces militaires ont eu du mal à retrouver une place.

C’est pour cela que Sergueï Likholiétov a créé une union d’anciens combattants, au début des années 90. Se serrer les coudes, ne jamais se trahir, rester unis entre afghans, c’est ça leur devise. Il fonde le Komintern, une structure qui a pour but de les occuper et de monter « des affaires ». Noble idée sur le principe, un peu moins sur le terrain…. Le chef Sergueï pense surtout en termes d’intérêts financiers ou autres, il a de l’influence sur « ses hommes » et petit à petit, il gagne du terrain, s’installe partout, accroit le pouvoir du Komintern et pas toujours de façon honnête…

Guerman Niévoline a connu Sergueï « là-bas » et lorsque ce dernier lui propose de le rejoindre, il se souvient des liens noués, de la fraternité, des valeurs communes défendues, et il arrive. Il sera chauffeur, transportant parfois de grosses sommes d’argent dans un fourgon blindé. Un jour il craque, et part avec l’argent, sans violence aucune. Qu’est-ce qui l’a poussé à agir ainsi ? Il se doute bien qu’il va être rapidement rattrapé, quelle idée !

C’est une fresque de plus de six cents pages que nous offre l’auteur. Par d’habiles retours en arrière, nous découvrons ce qui a amené Guerman à faire ce choix, ce qu’ont vécu ces guerriers, ce qui a été leur moteur, leurs raisons de poursuivre le combat ensemble sur deux lieux différents.

« En Afghanistan, on était des frères de l’Union soviétique et on combattait pour ça. Et en Union soviétique, on est des frères d’Afghanistan et on fait des affaires. »

Mais pendant qu’on visite le passé, que deviennent Sergueï et ses sacs de billets ? Régulièrement, on a de ses nouvelles. C’est un homme bon, qui ne veut pas le mal, qui aspire à autre chose, qui rêve sans doute car peut-être que ce mieux n’arrivera jamais… Il est désabusé, comme « à côté » de ce monde avec lequel il ne se sent pas en phase. Trop de violence, trop de corruption, trop de magouilles, trop de mensonges… Il essaie de se protéger mais que c’est difficile !

C’est un monde masculin, rude, brut de décoffrage, sans concession qu’on nous présente. C’est également le récit d’un pays et de ses habitants qui déchantent. Heureusement, il y a Tatiana, l’éternelle fiancée, celle qui ne pose pas de question, qui avance comme elle peut, avec ce que lui donne la vie. Elle sait pourquoi elle est née, elle voudrait croire en un avenir meilleur et elle s’accroche. Elle est la petite lueur dans tout ce noir.

L’écriture d’Alexeï Ivanov (merci à la traductrice : Raphaëlle Pache) est précise, détaillée, sans pour autant faire dans la fioriture. On suit les événements, on s’attache à Guerman, même s’il vole, car il essaie de fuir l’horreur. Une fois encore on réalise que la guerre fait des ravages, que la politique mal menée détruit les relations humaines, que le pouvoir modifie les être humains et fausse leur regard.

J’ai eu du mal à entrer dans ce livre, sur les premières pages, j’avais l’impression de me perdre avec les noms à consonance rugueuse. Et puis, rapidement, j’ai eu mes repères et à partir de là, j’ai été captivée et intéressée. J’ai vraiment apprécié ce récit complet, cette incursion dans un autre monde et la découverte d’un nouvel écrivain.

Traduit du russe par Raphaëlle Pache
Éditions : Rivages Noir (6 Octobre 2021)
ISBN : 9782743654610
642 pages

Quatrième de couverture

Par amour, un soldat russe démobilisé dérobe le contenu d’un fourgon blindé : ainsi s’achève la longue histoire de la puissante Union des vétérans de l’Afghanistan.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.