Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2021

Pour seul pardon, de Thierry Brun

Brun.jpgUne chronique de Cassiopée

Le coin est un peu perdu mais c’est voulu, Thomas Asano ne cherche pas la compagnie, il n’a pas envie qu’on s’occupe trop de lui, il préfère se faire oublier. Alors dans les Vosges, au milieu de nulle part, il se fait transparent. Il loue ses services, c’est un bosseur, un bon chasseur aussi, « braconneur » à ses heures. En liberté conditionnelle, il se tient droit, calme, prend sur lui quand ça bout à l’intérieur. Il pense à celle qu’il a aimée et se rapproche d’une autre, la fille de son patron. Il a connu le pire Asano, la guerre, la prison, l’arme à la main, les poings serrés, quel que soit le lieu, il a fallu qu’il se batte, qu’il s’en sorte … seul…
La violence, il a donné, il n’en veut plus, c’est fini tout ça !

Pourtant, il va être obligé de repartir et retrouver ses vieux démons. La faute à pas de chance. Son boss entre en possession d’un chargement de cocaïne qui ne lui était, bien sûr, pas destiné. Il le garde alors qu’il ne pourra pas le revendre …. Rapidement, de grosses voitures apparaissent, semblant chercher quelque chose… Thomas comprend vite qu’elles sont conduites par des malfrats qui ont eu vent de la récupération du colis et qui veulent rétablir l’équilibre en le reprenant. Il sera difficile pour Asano de se tenir loin de tout ça, surtout si la belle Élise est en danger. Pourra-t-il gérer et ne pas être impliqué ?

Il connaît les méthodes des hommes de main, il connaît la forêt et la nature aux alentours, il peut se cacher, ruser, essayer de minimiser les dégâts… essayer seulement parce qu’en face, on ne s’embarrasse pas de politesse, on ne prend pas de gants, on fonce dans le tas sans réfléchir, sans parlementer, sans affect….

C’est un roman âpre, dur, aux phrases courtes qui cognent, qui font mouche. Il n’y a pas d’indice temporel. On découvre la Vie d’Asano par bribes. Ce n’est pas linéaire, passé et présent se mêlent, les rêves également…

Il fait froid, humide, le décor est sombre, on est pessimiste devant tout ce noir et pourtant une certaine forme d’humanité, portée par Asano, se glisse entre les pages. Il redevient un guerrier, parce qu’il n’a pas le choix …. Il sait les risques qu’il prend et même s’il veut éviter certaines situations, il ne peut pas et doit se mettre en danger mais il le fait par amour et cela le rend terriblement humain. L’amour qu’il porte à la vie, aux femmes …..

Avec son récit, Thierry Brun nous rappelle combien il est difficile de revenir de « l’enfer », celui qui vous colle à la peau, qui envahit votre esprit, qui vous nargue, vous tue à petit feu malgré votre lutte pour vivre….

Éditions : Jigal (25 Septembre 2021)
ISBN : 978-2377221318
200 pages

Quatrième de couverture

Thomas Asano a trouvé refuge dans une petite ville nichée au pied des Vosges. Ici, la vie y est âpre. Homme à tout faire, il a la réputation d’être travailleur et bon chasseur. Il est surtout décidé à se faire oublier : il a connu Sarajevo et la prison. En liberté conditionnelle, c’est un homme brisé par la culpabilité qui tente de se reconstruire. Pourtant, le passé d’Asano le rattrape. Cet homme simple et discret n’a désormais plus le choix. Il redevient ce qu’il n’a cessé d’être : un homme de guerre.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.