Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2022

Qui a tué Rose, de Claire Allan (Her Name Was Rose)

Rose.jpgUne chronique de Cassiopée

Emily a un travail qui ne lui convient pas bien. Elle est séparée de son petit ami avec qui elle a eu une relation un peu tumultueuse. Elle se sent menacée par lui, même si elle a pris ses distances. Elle tient le coup avec des anxiolytiques et une consommation d’alcool non raisonnée. Elle est en froid avec ses parents. Son appartement n’est pas terrible. Autrement dit, sa vie est loin d’être une réussite, malgré le soutien de son ami Maud qui est très loin.

Mais comment faire pour changer le quotidien quand rien ne s’offre à vous ? Elle est résignée, un tantinet découragée.

Après quelques courses au centre commercial, elle prend l’ascenseur avec une jeune maman et son fils en poussette. Une femme épanouie, un bébé qui gazouille…. Elle la laisse passer la première et en sortant, c’est le drame… Une voiture renverse la jeune femme qui n’a eu que le temps de lancer la poussette en avant pour protéger son petit. Elle meurt sous les yeux d’une Emily totalement bouleversée. Elle se pose des questions, ne serait pas son ex, Ben, qui a voulu la tuer ? Elle aurait dû être là, sur le macadam, à la place de Rose….

Rentrée chez elle, elle se met à chercher des informations sur Rose. Elle avait une vie parfaite, un mari écrivain, une belle maison, tout pour être heureuse. Tout ce que n’a pas Emily, qui en plus, vient d’être licenciée…. En creusant, elle s’aperçoit que Rose était assistante dentaire, une activité professionnelle que maîtrise Emily. Alors, elle postule, se retrouve embauchée, se glisse dans les pas de Rose, rencontrant ses collègues puis quelque temps après son mari.

Et si le décès de Rose était l’occasion d’un tournant dans la morosité des jours ? Et si une nouvelle chance s’offrait à Emily ? Elle « suit » le mari éploré sur les réseaux sociaux, lit ses messages désespérés, s’inquiète à distance pour cet homme dont elle ne sait rien mais qui l’apitoie…. Il est tellement attendrissant….

Qui sait ? Un rapprochement sera peut-être possible, une simple sympathie pour l’aider, voire une amitié et pourquoi pas de l’amour ? Elle aussi, elle a souffert, elle se sent à même de le comprendre. Mais est-ce que Ben ne rode pas dans l’ombre ? Je n’ai pas senti d’empathie particulière pour Emily. J’aurais voulu la secouer, lui dire d’être un peu plus indépendante… Mais son caractère était ainsi défini.

Avec un art du suspense parfaitement maîtrisé, Claire Allan nous entraîne dans un thriller psychologique. Si quelques passages sont un peu lents, le rythme est quand même suffisant. On sent de nombreuses zones troubles, tout le monde a des secrets, on se questionne et la fin n’est pas celle qu’on imaginerait. L’écriture est fluide, merci au traducteur. Les événements ne sont pas toujours ce qu’on pense. L’auteur nous démontre le poids et le danger des médias, des influences, des apparences. Il y a parfois de bien vilaines choses sous un vernis de façade, des non-dits, des mensonges, de la peur ….

Des thématiques intéressantes sur les relations dans les couples sont abordées. Parfois certaines personnes préfèrent ne rien dire, faire comme si plutôt que de laisser éclater une vérité qui peut les mettre en danger.

Claire Allan a écrit là un récit addictif, bien ficelé, j’ai passé un bon moment.

Traduit de l’anglais par Nicolas Porret-Blanc
Éditions : L’Archipel (21 Avril 2022)
ISBN : 978-2809843729
385 pages

Quatrième de couverture

Quand Emily sort du centre commercial ce jour-là, elle assiste, impuissante, à un accident : une femme est renversée par un automobiliste qui prend la fuite. Très vite, la presse locale relaie les détails du drame : la victime s'appelait Rose. En effectuant des recherches sur les réseaux sociaux, Emily se met à envier la vie si parfaite de Rose, elle qui enchaîne les échecs, tant professionnels que sentimentaux.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.