Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2023

Petits désordres, de Christophe Guillaumot & Maïté Bernard

désordres.jpgUne chronique de Cassiopée

Jubilatoire !

J’ai coutume de dire que lorsqu’on rit, on gagne des minutes de vie. Et bien, là j’en ai engrangé ! Écrit à quatre mains, ce roman est une comédie policière pleine de dérision, de temps en temps un tantinet loufoque mais portant également des réflexions intéressantes même si elles ne sont qu’effleurées. À aucun moment je n’ai senti la différence de style ou d’écriture, c’est très fluide, « enlevé », plein d’humour et c’est un plaisir. Même les titres de chapitres sont amusants. J’ai lu un entretien avec les deux auteurs où ils expliquent que leurs personnalités différentes (elle l’intello de gauche, lui le flic bien rangé) ont été un atout pour rédiger ensemble. Ils n'ont pas hésité à faire des propositions de rajouts ou de censures aux textes de l’autre. Et surtout, ça se lit entre les lignes, je suis certaine qu’ils se sont amusés comme des gosses ! Et c’est important !

Grégoire Leroy est commandant de police, divorcé, une fille. Il doit « composer » comme on dit avec les tracas quotidiens, les tensions à la maison pour la garde partagée ou au boulot car il est chef d’une brigade de répression du proxénétisme. Ses adjoints, dont Samia, sont assez sympathiques et ça pourrait être tranquille. Mais à notre époque, il faut plus que faire attention à ce qu’on dit. Un mot, une phrase, mal interprétés et c’est la catastrophe. Alors que son chef lui demande d’éloigner une manifestation de prostituées trop proche des bureaux, il échappe un : « On n’est pas des pédés » à une brigadière qui, appliquant les ordres à la lettre, refuse de lui ouvrir la porte pour qu’il aille parlementer avec les manifestantes. Il aurait mieux fait de se taire. Elle est membre de l’association des flics LGBTQI+ et ne laisse pas passer….

Commence alors un engrenage de problèmes comme on en voit dans certaines situations ubuesques où tout se met de travers. Ça débute par une convocation en haut lieu, ça continue avec des conflits avec sa fille, des enquêtes contrariées avec Samia (pourtant, ils essaient de faire au mieux mais que de maladresses !), des soucis de voisinage, des coéquipiers parfois fuyants, etc… Pauvre Grégoire, il ne sait plus ce qu’il faut faire ou dire pour que l’équilibre revienne. Même la nage en piscine (sorte de psychothérapie pour son chien) est compliquée, c’est dire.

J’ai aimé voir, au fil des pages, l’évolution de cet homme. Je crois que les dialogues avec sa fille, même houleux quelques fois, l’ont aidé à avancer, à se positionner.

« Les gens de ta génération croient êtres des victimes, mais ils ne sont des victimes de rien du tout, sinon de leurs peurs, de leurs mesquineries, de leur paresse à penser et à s’adapter. »

Finalement, entre l’incident au travail et les discussions avec les uns et les autres, plus ses réflexions personnelles, il y a une prise de conscience qui permet à Grégoire de réfléchir à sa vie, ses choix, ce qu’il veut pour l’avenir.

J’ai passé un excellent moment de lecture, je riais toute seule dans mon canapé. Les scènes sont très visuelles ( j’imaginais le mouton au rond-point entre autres). Les deux auteurs ont sur transcrire un récit qui se tient avec quelques investigations policières, des antagonismes entre certains protagonistes et des individus truculents. De plus, ils manient la langue française avec subtilité.

Un recueil qui met le sourire aux lèvres dès les premières lignes et jusqu’à la fin (et même quand on y repense !)

Éditions : Liana Levi (2 Mars 2023)
ISBN : 9791034907151
210 pages

Quatrième de couverture

Grégoire Leroy a l’habitude de surmonter les désagréments du quotidien, car il est commandant de police et chef d’une brigade de répression du proxénétisme. Ce n’est pas une révolte de prostituées, ni même les demandes incongrues de ses chefs qui vont le déstabiliser. Mais hélas, une expression balancée dans le feu de l’action suffit à lui attirer les foudres de la hiérarchie. Aujourd’hui le langage doit être maîtrisé à la virgule près et sa phrase « on n’est pas des pédés » soulève un tollé au Bastion. L’indignation monte dans les rangs et on réclame sa tête !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.