Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2018

La Croisière Charnwood (Closed Circle), de Robert Goddard

la_croisiere_charnwood.jpgUne chronique de Cassiopée

So british !

Après avoir vécu la première guerre mondiale, deux amis anglais sont allés vivre aux Etats-Unis. Ils se sont faits une petite réputation dans le monde de la finance même si l’honnêteté  n’est pas au rendez-vous et qu’ils sont plutôt dans la magouille pour se construire un bon pécule. Ils décident donc de prendre le large avant d’être rattrapés par la justice, quitte à abandonner un de leurs complices en escroquerie. Les voilà donc tous les deux sur un transatlantique avec pour but un retour en Angleterre. C’est le calme plat sur l’océan jusqu’à ce qu’ils rencontrent la tante d’une riche héritière, traversant les aussi elles aussi. La fortune sourit aux audacieux et rien ne les arrête. Les deux comparses décident de mettre en place une de leur stratégie pour récupérer un peu de cash.  Mais, bien entendu, rien ne va se passer comme prévu. Déjà, ne vous fiez pas à la couverture, on va très vite descendre du bateau et même visiter de nombreux pays.

En commençant ce roman, je m’attendais à quelque chose d’assez classique, un tantinet convenu, un polar avec ses bons, ses méchants, son histoire d’amour pour mettre un peu de piment et hop ! Je me suis complètement fourvoyée pour mon plus grand bonheur de lectrice. Des rebondissements à la pelle, des personnages tous plus retors les uns que les autres et sans cesse, un petit  grain de sable qui désaxe tout ce qui avait été mis en place et dont vous étiez intimement persuadé que c’était la seule vérité. J’ai été époustouflée par les ressources dans lesquelles l’auteur a (intelligemment) puisé. Le contexte, c’est celui de l’après crise de 1929 à Wall Street . Les banquiers, les investisseurs, les clients, tous jouent une immense partie de poker menteur et nos héros aussi ! Il ya des ramifications politico financières, des hommes et des femmes qui cherchent à tirer profit de ce qu’ils peuvent, d’autres qui veulent la vérité (mais à quel prix ?)

Dans un premier temps, tout commence légèrement, dans une atmosphère doté de cet humour pince sans rire typiquement britannique.

« Elle était anglaise, dotée d’une conformation de douairière : mâchoire frémissante, poitrine pigeonnante et le reste.»

J’ai, naïvement, je l’avoue, cru, que nous allions rester dans cet état de faits avec nos deux petites frappes, parfois attachants, mais le plus souvent détestables tant ils ont pour but de tromper, mentir, et manipuler ceux qui les entourent……
Tout cela c’était sans compter sur le talent de Robert Goddard (et du traducteur, Marc Barbé, qui, je le souligne, a fait un excellent travail). De chapitres en chapitres, on s’éloigne de ce monde superficiel , de la futilité apparente, pour plonger dans des événements beaucoup plus sérieux, au ton grave. La guerre, l’histoire de ceux qui ont souffert en la vivant, vont apparaître et même si cela reste en toile de fond, c’est important car ce passé peut apporter beaucoup d’explications….

J’ai beaucoup apprécié ce récit, tant sur la forme que sur le fond. Aucun des protagonistes n’est vraiment lisse et à chaque page, on peut s’attendre à un revirement de situation. J’ai trouvé ça très fort ! De temps à autre, je pensais « ah ah, cette fois, j’ai tout compris » et puis …. Pas du tout ou alors pas complètement … C’est vraiment très bien pensé, un vrai puzzle en trois dimensions (l’argent, le temps, l’espace ;-) servi par une écriture fluide, rythmée, accrocheuse et un style vivant rendant très visuelles les différentes descriptions.

Un excellent recueil, à découvrir au plus vite !

 

La Croisière Charnwood (Closed Circle)
Auteur : Robert Goddard
Traduit de l’anglais  par  Marc Barbé
Éditions : Sonatine (8 Novembre 2018)
ISBN : 978-2355846731
460 pages

Quatrième de couverture

1931 : Guy et Max, deux vétérans de la Première Guerre mondiale, quittent New York à bord du transatlantique Empress of Britain. Dans les luxueuses cabines, ils font la connaissance de la très anglaise Miss Charnwood, et de sa nièce, Diana. Celle-ci est non seulement ravissante, mais également l'unique héritière du richissime financier international Fabian Charnwood. Les deux hommes entreprennent de la séduire afin de mettre la main sur une partie de sa fortune.

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.